Par ZeroAk Le
Critiques Hentai Manga Non classé

Avec le retour de l’anime de World’s End Harem le 7 janvier 2022 au Japon et sur la plateforme de streaming Crunchyroll, c’est l’occasion parfaite de nous replonger sur le manga.

Attention, ce contenu est adressé à un public averti et nous essayerons au maximum de ne pas spoiler pour que vous puissiez profiter de votre lecture.

Dans un monde tout à fait normal où chacun vit sa vie, que ce soit avec ses proches ou non. Une maladie appelée la Sclérose en plaques va changer l’avenir de certaines personnes ou plutôt certains hommes puisqu’elle ne touche pas les femmes. Cette maladie rare, incurable à l’heure actuelle, va faire prendre une décision aux médecins pour sauver les patients infectés. La seule solution trouvée est de les cryogéniser jusqu’à trouver un vaccin ou un moyen de soigner cette maladie. C’est à partir de là que les hommes se font cryogéniser.

Profitons donc de la cryogénisation pour parler un peu plus de l’œuvre. World’s End Harem est un shonen scénarisé par LINK et dessiné par Kotaro Shouno dans lequel l’ecchi règne. En effet, ce manga n’est pas à mettre entre toutes les mains puisqu’il se rapproche d’un hentai avec du contenu sexuel, mais celui-ci le fait sans montrer les parties intimes. Bref la limite entre l’ecchi et l’hentai peut être vraiment minuscule, mais ce n’est pas le sujet. Revenons sur notre licence, celle-ci a commencé sa prépublication dans le magazine Shōnen Jump+ en mai 2016. Par la suite, en septembre 2016, la Shūeisha a décidé de le publier sous forme de tomes. En France, c’est à l’éditeur Delcourt que nous devons l’arrivée de cette œuvre le 4 avril 2018.

Présentation de l’œuvre : World’s End Harem

  • Auteur(s) : LINK et Kotaro Shouno
  • Maison d’édition japonaise : Shūeisha
  • Date de première parution au Japon : 2016
  • Nombre de tomes au Japon : 14 (en cours)
  • Maison d’édition française : Delcourt
  • Date de première parution en France : 4 avril 2018
  • Nombre de tomes en France : 12 (en cours)
  • Type : Shonen
  • Genre : Ecchi, science-fiction, harem, romance
  • Résumé de l’éditeur : Nous sommes en 2040. Un jeune homme, Reito, victime d’une maladie rare est plongé dans un long sommeil cryogénique le temps qu’un remède soit trouvé. Il promet à sa copine d’enfance, Erisa, qu’ils se retrouveront à son réveil. Au bout de son long sommeil, il découvre un monde dans lequel 99,9 % des hommes ont disparu et est peuplé quasi uniquement des 5 milliards de femmes restantes !
  • Prix de vente : 7,99 pour l’édition classique et 4.99 pour le format ebook

Une première partie convaincante ?

Bienvenue dans un futur où le virus MK (Man Killer) règne et où 99,9% des hommes ont disparu. Après 5 ans à être cryogénisé, Reito Mizuhara se réveille et découvre le nouveau monde dans lequel il va évoluer. En l’espace de 5 ans, le monde ayant énormément changé, ce dernier ne comprend pas tout de suite la situation. Il rencontre Mira Suou qui sera sa première responsable. Cette dernière travaillant pour l’UW (United Woman) va lui apprendre l’objectif qu’il a pour sauver l’humanité. Il devra ainsi faire des enfants avec une multitude de femmes pour pouvoir avoir de nouveaux hommes pour les générations futures.

Quand on ne sait que ça, on peut avoir du mal à accrocher au manga puisqu’un titre où le but de l’histoire est uniquement le sexe peut vite être lassant. Même si celui-ci peut potentiellement sauver l’humanité de l’extinction.

Cependant, dans World’s End Harem, notre protagoniste refusera toute avance qui lui sera faite par chacune des femmes qu’il croisera. Il pensera avant tout à Erisa qui est la fille qu’il aime et cette dernière aura un rôle assez important au cours des 12 tomes puisqu’elle a fait des recherches sur ce fameux virus. Elle fournira à Reito des informations sur le virus et c’est à partir de là que ce dernier va se mettre en tête de créer un vaccin.

C’est à partir de ce moment-là que l’histoire de Reito devient intéressante et jusqu’au 12e tome, vous suivez ses aventures dans lesquelles il y aura moultes péripéties et vous en apprendrez plus au fur et à mesure sur le virus MK.
Outre l’aventure avec Reito, vous suivez également celles des autres hommes qui ont survécu. Chacun d’entre eux vous proposera une autre vision de la situation en compagnie de leurs partenaires et leur responsable.

Par exemple, l’histoire autour de Kyōji Hino sera centrée sur le fait de coucher avec les autres femmes. C’est d’ailleurs lui qui aura le premier espoir de l’humanité juste avant qu’une scène critique se passe.
Au bout d’un moment, Erisa et Reito se retrouvent et ils vont voyager dans le monde pour justement pouvoir créer le vaccin à l’aide du cristal du virus MK et des cellules immunisées de Reito. Ils seront bien entendu recherchés par l’UW puisque les personnes à la tête de l’UW ont un seul et unique but qui est d’éradiquer les hommes de la planète. Cela donnera donc lieu à une rébellion contre cette organisation voulant contrôler le monde.

Parlons maintenant de notre ressenti sur cette œuvre. Après avoir lu les 12 tomes sortis en France, nous pouvons vous dire que ce titre n’est pas un titre qui conviendra à tout le monde et surtout qu’il faudra passer outre les a priori à son sujet. En effet, la première chose à laquelle nous pouvons nous attendre en découvrant World’s End Harem, c’est qu’il s’agit d’un hentai ou d’un énième harem où l’histoire n’est pas si importante que ça.

Au final, dès que nous commençons la quête pour le vaccin et que les révélations arrivent, on accroche plus facilement et nous voulons découvrir la suite au plus vite. Il y a cependant des choses auxquelles nous avons eu du mal comme l’histoire autour de Shota Doi et Karen Kamiya qui met du temps à devenir intéressante et c’est bien dommage. Cependant, les derniers tomes font vraiment avancer l’histoire jusqu’à avoir la réunion des différents hommes immunisés et leurs partenaires dans une scène triste qui va lancer réellement la rébellion, mais également nous laisser sur un suspens autour de Reito qui va sombrer et se refermer sur lui-même. Qu’à deviendra-t-il des protagonistes et des différents partenaires qu’ils ont par la suite ?


Pour finir, le dessin est bien réalisé et l’œuvre est vraiment appréciable si vous aimez le genre et si vous passez outre le fait que le postulat de base demande à procréer en masse. De plus, l’édition française est disponible en semi-couleurs.

Pour ceux qui sont intéressés par cette série, il faut savoir que la suite est en cours et qu’elle s’appelle World’s End Harem After World et qui vous racontera l’histoire après la création du vaccin.

Retrouvez les derniers articles du site ci-dessous :

Exprimez votre réaction
Like
Love
Haha
Wow
Sad
Angry

Je rédige des trucs de temps en temps.
Partagez l'article :

Articles similaires