Time Stories : le projet Heiden

On connait tous un film tiré d’un jeu vidéo, ou un jeu de plateau tiré d’une série.
Mais un livre sorti d’un jeu de société… c’est bien la première fois.
Jusqu’à présent, je me méfiais des produits dérivés de franchises à succès.
Et pour une surprise, c’est une agréable surprise.
Quand certains se contentent de faire un copier coller de l’histoire par pure flemmardise, Christophe Lambert a décidé d’innover en proposant un manuscrit complémentaire de l’histoire du jeu.
Par complémentaire, j’entends que “Le projet Heiden” est une nouvelle qui complète l’histoire principale de “Time Stories”.
Pour les inconditionnels du jeu, beaucoup de nouveaux éléments viendront y enrichir le scénario du jeu de société.
Pour autant, vous n’aurez aucun spoilers des 10 histoires du premier arc (Blanc) mais bien un prequel 3.0.
Sur la forme, la lisibilité du roman est très fluide ; le vocabulaire courant, voire familier, ce qui en facilite la lecture.
Nous sommes face à une œuvre hybride entre polar et science-fiction, saupoudrée de quelques bribes autobiographiques et historiques, ce qui en fait un récit très complet.
Quand à l’histoire, sans en divulguer trop, elle suit le devenir de Tess Heiden, femme atypique, perdue dans son monde. Vous retrouverez aussi tous les membres connus de l’Agence Time, ses fondateurs, son fonctionnement et son origine.
J’ai adoré les changements de rythme tout au long de l’histoire, ainsi que l’évolution dans le style de narration. Tout ceci concourt à en accélérer la lecture et suscite une envie irrémédiable de passer au chapitre suivant.
Concernant les points négatifs, mis à part quelques éléments de mise en forme qui gagneraient à être davantage travaillés, je ne vois pas grand-chose à redire.
Ah ! Si. On reste un peu sur notre fin, dans le bon sens du terme. On a envie qu’une suite soit publiée, tout comme l’ensemble des scénarii du Time Stories.
Aux éditions Bragelonne, à Christophe Lambert : merci pour cette parenthèse rafraîchissante !

Comments

commentaires