Par Ryu Shijou Le
Manga
Ouvrez… Ouvrez… La cage aux avions…

Prisoner & Paper plane.

Détails généraux :

Déclinaison :

Prisoner & paper plane est un manga court, sorti sous les radars et n’ayant pas fait beaucoup de bruit…

  • 3 tomes (7.90€ le tome, série terminée).

crédit :

Manga : Komikku

Type :

Shônen

Genre :

Prison, pouvoir, mystère, cannibalisme, prisonnier, torture, psychologie, matricule

Auteurs :

Dessin : SAKI Akamura / Scénario : Nekoromini@ShujinP

L’espoir est un sentiment… Merveilleux et… Destructeur.

Synopsis

Officiel :

Après s’être révoltés contre un empire, les combattants d’une même race sont envoyés dans un camp. Parmi eux, un jeune homme qui porte le numéro de matricule 420… Dans cet environnement éprouvant, il est maltraité aussi bien par les gardes que par les autres prisonniers. Un jour, alors qu’il s’était abandonné au désespoir après de nouvelles brimades, il tombe nez à nez avec une jeune fille, qui lui sourit depuis l’autre côté de la clôture. Cette rencontre inattendue va bouleverser son destin…

Personnel :

Matricule 420… Garçon “A”… Autant de mot pour négliger, humilier une personne. Pour lui retirer l’espoir, privez-le de son nom. Et ensuite… Donnez-lui un nouvel espoir : Celui de sortir de l’enfer et de la prison où il se trouve… Et grâce à ses “Présents”, il sera bientôt en bonne position pour réussir à sortir. Il est travailleur, méthodique et surtout… Fatigué.

Un regard permet de comprendre bien des choses…

Personnages :

Principaux :
  • 420 : Ne cherchez pas. Lui-même ne se rappelle plus son nom. Mais il sait une chose : il doit travailler dur et être un prisonnier modèle pour gagner des “Présents” et pouvoir s’en aller de cet enfer… Mais l’espoir n’est jamais seul et va de paire avec la désillusion… Et il compte bien conserver le petit espoir qui vient d’arriver avec cette belle inconnue…
  • Mayka Fallows : Fait partie du personnel soignant… Mais semble intime avec 420. On en ignore le pourquoi. Mais à la moindre occasion, la voilà qui parle sans arrêt. Et sans sujets distincts ou même de raisons valables ! Mais… Et si elle n’était pas si folle et bien au contraire… Surdouée ?
Secondaires/rivaux :
  • 3 : Chef de la cellule. Les matricules avec un seul chiffre sont les chefs de cellule et sont amis avec les matons (gardiens de prison). Se nomme Shazna Ivory et garde des privilèges par rapport aux autres prisonniers.
  • Chymral Flag : Sous-Directeur et Gardien de la prison où se passe notre histoire. Se décrit comme “Neutraliste”… Maître dans la manipulation mentale… Il va réussir à creuser le désespoir de 420… À l’anéantir de l’intérieur… Mais quel est son véritable but ?
  • Gacla Jagluck : Membre de la résistance. Se liera avec 420… Aura aussi de longues discussions philosophiques avec lui… Mais parlera à un mur. Et une fois des objectifs atteints… On a du mal… Ce n’est qu’un au revoir…
Ensuite :
  • L’inconnue aux avions : Faut-il vraiment préciser qu’on ne sait rien sur elle ? Et bien voilà qui est fait…
  • Mirka : Sous-Directrice de la prison et de concert avec Chymral. Est plus dans la torture physique et la pression psychologique… Est en concurrence avec Chymral.

À tout ce beau monde… On fera la ronde aux prisonniers… Aux gardiens… Et autres personnages qui n’apparaissent que quelques cases…

Un mur… Une clôture… Des barbelés… Et pourtant un espoir !

Evolution de l’histoire :

Prisoner & paper plane est un manga… Immersif. Si vous êtes claustrophobe, sujet à des troubles en rapport avec les angoisses et les questions existentielles… Vous en serez servi !

Le quotidien d’un prisonnier :

420 est prisonnier, victime de ségrégation. Sa “race” est mise à dure épreuve. Le pire… C’est qu’il n’est même pas responsable ou participant à ces révoltes qui ont eu lieu. Il est juste une victime collatérale dans tout cela. Un citoyen qui se retrouve sous le joug de l’oppresseur, de l’ennemi.

Mais qui est l’ennemi ? Qui est l’allié ? Et ne peut-il pas se retrouver notre ennemi par la suite ? Tant de questions que 420 devra aborder avec lui-même… L’une des questions les plus importantes est et restera au long de ses journées : “Suis-je fatigué ? Aurais-je à manger demain ? Pourrais-je travailler ?”. Car la fatigue et le repos sont une punition dans ce nouveau monde. Et être prisonnier modèle ne donne le droit qu’à un “Présent”… Et en avoir dix signifie la liberté…

L’objectif premier sera donc de vivre et survivre parmi les brimades des gardiens, des autres prisonniers, et surtout de Shazna, chef de sa cellule. Mais que sont les douleurs face à la liberté ?

L’angoisse… Omniprésente :

Courir pour arriver à l’heure à l’atelier… À la cantine… En cellule… Prendre le risque d’arriver en retard et d’être “punis” parce qu’on est “fatigué” et qu’on a besoin de “repos”.

Courir et prendre le risque de bousculer quelqu’un dans les couloirs au détour d’un tournant… Manquer de respect aux règles… Aux gradés ou au chef de la cellule…

Ne pas baisser les yeux aux bons moments… Ou ne pas soutenir les regards quand il le faut… Ne pas réussir les travaux dans les temps impartis… Une course physique et morale. Tout est fait pour nous faire ressentir le temps qui passe et qui s’écoule à la même vitesse…

Trop vite par moment… Et extrêmement vite dans d’autres !

Les avions :

Cette inconnue arrive alors… On ne sait pas pourquoi, ni comment. Coup du sort qui va donner à notre 420 une nouvelle envie de vivre et d’attendre demain, alors qu’il était si “fatigué” et blessé.

La symbolique des avions en papier sera forte. Libres… Pouvant s’élever d’une simple pression de la main… Portés au gré du vent et porteurs d’espoir et d’amour (et d’autres sentiments…), ils sont une aubaine pour 420. Mais il est maladroit et ne pourra jamais avouer ce qu’il ressent. Nouveau coup dur de la vie… À moins que… Si seulement ces avions pouvaient voler plus loin !

Anxiogène :

Tel est le climat dans ce manga. À ne pas mettre entre toutes les mains. Bien que poétique.

Les discours et les discussions viendront très souvent remettre en question les sentiments et les amitiés… Ou les mésalliances… Et si la proie devenait chasseur ? Et le chasseur… Restait un chasseur ? Serait-on à armes égales ? Ou l’avantage irait-il forcément à un autre ?

Quid de l’intelligence ? Quid de la fraternité ? De la camaraderie ? De la résistance en temps de guerre ? Quid de tout ? Si c’est la mort qui nous attends ?

Extrait du tome 1 “Prisonner & paper plane”

Avis :

Avant d’approfondir mon avis, il reste un point à souligner :

Prisoner & paper plane est l’adaptation d’une chanson des Vocaloïd (chanteurs en image d’animation 3D populaire au Japon avec un générateur de chanson) qui est elle-même une adaptation d’un film… Des adaptations en série qui conservent à la fois le tragique et la poésie.

Et donc ? concrètement ?

Et bien… Malgré le discours anxiogène… Je ne peux que donner des louanges à cette œuvre. Traiter de sujets aussi sévères avec une touche aussi réaliste qui font plonger le lecteur dans le quotidien avec les détenus… Je dis “bien joué”. Je ne connais pas les œuvres dont est tiré ce manga, mais connaissant aujourd’hui les faits, je me vais me pencher sur ces œuvres et tenter de répondre à des questions laissées un peu en suspend dans le manga.

La sensibilité de chacun entrera en jeu bien sûr. Et étant plutôt réceptif sur ce genre de sujet, l’œuvre m’a happée et m’a plus que parlée.

Clap de fin ?

Je ne peux m’empêcher de déplorer cependant la fin (oui… Encore et toujours !) mais pas pour les raisons qu’on pourrait croire ! Alors qu’on part d’un postulat humain, simple et quelconque… On se retrouve à la fin avec un homme qui a développé “un pouvoir”… Qui lui permettra de résister à une gatling qui va lui trouer la peau un nombre incalculable de fois…

En bras qui ne tiens que par un morceau de peau… Des trous sur tout le corps, la capacité d’user de son bras comme un fouet… Courir rapidement… Ne pas être inconscient avec la douleur… La capacité de voir des choses qui vont à une vitesse trop rapide en temps normale… Et tout cela serait dû à la race de 420 ? Un élément indépendant ? Un gêne ?

Mirka, dans un long monologue va parler de mutation, d’une naissance sur deux millions… Le Directeur de la prison parlera de “Apocalypsis”… Mais on aura aucun détails plus approfondit. Volontaire ? Une intention de l’auteur ? Je ne saurais le dire… Mais la curiosité me pousse à découvrir cela. Quel pays est responsable du conflit ? Lequel le subit ? Pourquoi ? Est-ce par arme bactériologique ? Et pourquoi Chymral décide soudain de “sauver” 420 au lieu de l’exécuter ?

Tant de questions… Si peu de temps et de réponses…

Conclusion :

“Prisoner & paper plane”… Un titre à posséder ! De par la beauté des thèmes et le traits de crayons qui sera doux par moment… Et intense par d’autres ! La thématique… Les enjeux… Tout est dans l’œuvre. Complet d’un bout à l’autre…

Un ciel… Sans nuages ?
Mot de la fin :

“Je veux que tu te souvienne de mon passage sur cette Terre, et je veux te dire une chose que je n’ai jamais osé avouer…”

Profitez de l’instant présent. Carpe Diem.

Besoin de légèreté dans ce monde de brutes ? De vous évader ? De légèreté… Skip Beat est fait pour vous ! https://otakusmafiaworld.fr/skip-beat-un-shojo-hilarant-qui-sort-de-lordinaire/

Amateur de manga de tout style... Du Hentaï au Shojo pour jeune fille... Je ne me base pas sur un auteur ou un style pour lire... Mais sur le scénario avant tout. Grande base personnelle en tome lu et possédé, je parlerai des oeuvres avec un regard commun. Je ne suis pas un pro de la critique ni de l'analyse... Mais je resterai impartial !
Partagez l'article :

Articles similaires