Par Ryu Shijou Le
Hentai

My sexy Teacher : Quand la prof te donne des cours très particuliers…

Vous l’attendiez ? Voici la première critique ! Et promis… On ira au fond des choses !

Réflexion généralles :

« My sexy Teacher » est l’un des premiers hentaï que j’ai eu en mains… Et j’avoue ne pas savoir où aller avec cette critique. Comment critiquer une oeuvre, sur la sexualité, sans tomber dans la facilité du racolage ou même des clics faciles sur les titres raccoleurs ? Voir même, les mauvaises phrases mal tournées… Mais surtout quelle forme donner à ce genre d’article ?

Noter le sexappeal des perso masculins et féminins ? Avec, de nos jours, les activistes Femen/LGBTQ/SJW qui pullulent sur le net… Le simple fait de dire qu’une femme est belle… Je vais en prendre pour mon grade !

Noter les éjaculations et la tailles des membres viriles ou des attributs féminins ? On est plus à la cours de récré… On est adulte ! (Même si l’on reste de grands enfants…)

Noter l’œuvre dans son ensemble et faire fi de ce genre de perspective ? Autant faire des critiques de manga simple et ne plus tenter ce genre de prouesse… Ce n’est pas aussi aisé qu’on pourrait le croire… Ne vous y trompez pas !

Et surtout la grande question… Peut-on spoil un hentaï ? Je veux dire… Ce n’est pas comme si on se doutait pas qu’ils allaient finir par coucher ensemble n’est-ce pas ? Alors… Qu’y a-t-il a spoil dans un hentaï… Bizarre comme question !

Bref… Commençons :

Détails Généraux :

Déclinaison :

« My sexy Teacher » n’est, pour l’heure, édité qu’en volumes reliés.

  • 2 tomes (série finie, 13.99€ le tome).

crédit :

Livre broché : Taïfu comics

Type :

Hentaï

Genre :

Adultère, Psychologie, Triolisme, Orgie, Sexualité libre, Partage, Adolescent, Non-censuré, Sperme, Ecole, Slice of life

Auteurs :

Dessin/Scénario : Saigado

Aujourd’hui… La technologie est autant une aide qu’un poison…

Synopsis

Officiel :

Maïn est une jeune femme épanouie dans sa vie professionnelle en tant qu’enseignante, contrairement à sa vie personnelle. De ce côté-là, elle a un mari beau et aimant mais qui travaille beaucoup trop, ce qui provoque chez lui une baisse de libido. Elle en devient frustrée et doit se donner du plaisir seule. Un jour, alors qu’elle boit un verre à une terrasse, Maïn aperçoit Katsura Tomoki se faire frapper dans la rue. La scène s’est déroulée tellement rapidement qu’elle n’a rien vu venir, et la voilà qui court avec ce garçon pour échapper aux agresseurs et se retrouve dans un love hotel, à faire l’amour avec lui. Le début du cauchemar se met en place lorsqu’elle comprend qu’il est l’un de ses nouveaux élèves.

Personnel :

Maïn vit une situation compliquée avec son mari : Sous pression, celui-ci est prit par son travail à tel point qu’il doit prendre un traitement pour obtenir la pointe d’une érection… Le rendant aussi précoce à certains moments. Maïn se retrouve donc frustrée, sans pouvoir réclamer à son mari l’attention dont elle rêverait. En arrivant même à la masturbation peu après l’acte dans une autre pièce de la maisonnée… Mais le salut provient de là où on l’attendrait le moins !

Et son élève sera autant la nouvelle source de plaisirs… Que d’ennuis !

Charmante galerie de personnages non ?

Personnages :

Dans « My sexy Teacher », les personnages sont un peu disparates. Mais je tâcherais de les décrire au mieux… Sans tomber dans la grivoiserie facile !

Principaux :
  • Otomono Maïn : Personnage féminin principal de l’œuvre. Femme dans la vingtaine et professeur d’histoire de l’art dans un lycée (si on en juge par le physique des élèves). Une femme dévouée, n’ayant que le bonheur de son mari en tête… Au point d’accepter de se faire délaisser (même involontairement, suite aux efforts de son mari). Mais la solitude, de paire avec un physique très avantageux… Il n’en faut pas plus pour que l’histoire la bouleverse…
  • Katsura Tomoki : Coureur de jupons… Dragueur… Manipulateur… Mais surtout maître chanteur ! Sa tête d’ange n’est pas la chose à laquelle il faut se fier… Et ses paroles, faites d’or, encore moins… Mais il n’y a qu’en le connaissant, le côtoyant tout les jours que l’on saura ce genre de chose… Mais que peut-il cacher de plus ?
Secondaires/rivaux :
  • Sugino : Second « amant » de Maïn. Présenté à Maïn par l’intermédiaire de Tomoki. Il semble bien plus jeune (si en juge par le chara design dessiné…) et sa première fois se fera avec elle. Simple morceau de viande ? Maîtresse ? Amour ? Comment la relation va évoluer avec ce (très) jeune homme ? Quel rôle a-t-il dans le plan de Tomoki ? Tomoki le sait-il lui-même ? Ou brode-t-il à chaque instant passé ?
  • Hiiragi Sakura : Voisine de palier de Maïn et l’une des maîtresses de Tomoki (combien en a-t-il d’ailleurs ?). Femme solitaire, très ouverte, attirante et attirée… Quel sera donc son rôle ? En tout cas, Tomoki… Semble savoir l’utiliser !
Ensuite :

Viendront, hors de ces quatre personnages, un florilège de personnages masculins. Dans « My sexy Teacher » il n’y a que peu de relations lesbiennes et beaucoup de plaisirs masculins. Il s’agira d’autant d’élèves que même un membre de la famille de Tomoki.

Pourquoi cet air étonné ?

Évolution de l’histoire :

Peut-on parler d’évolution d’une histoire dans ce genre d’œuvre ? Est-ce qu’un seul hentaï avec une histoire, fait que tous en ont une ? Comment le déterminer ?

Toutefois, on est loin de la vision d’un heroic-fantasy plein de monstres-phallus… On reste dans le simple et dans la vie de tous les jours. Cette histoire pourrait être celle de n’importe qui, n’importe où, n’importe quand : La recherche d’une envie, la trouvaille d’un plaisir et la fin d’une histoire…

Recherche :

Comment fait-on au Japon lorsque le travail prend le pas sur la vie conjugale jusque dans le lit ? Marabouts ? Temples ? Vieilles pseudo-sorcières ? Que nenni ! On reste dans le classique : la pharmacopée ! La petite pilule bleue et le dragon se réveille pour enflammer de son feu sacré le Mont de votre belle… Et il ne peut pas faire de mal de tenter aussi des produits étrangers… (Ou alors… Si ? Mais le jeu n’en vaut-il pas la chandelle ?). Cependant est-ce vraiment assez ? Le sexe, seul, peut-il vraiment consolider le couple et la vie de jeunes mariés ? N’y manque-t-il pas un grain de fantaisie ou de passion ? Maïn semble bien prendre peu de plaisir… Et les plaisirs solitaires ne semblent plus satisfaire tout cela !

Trouvaille :

Solitaire, en duo, en trio, à plusieurs ? Le plaisir revêt bien des aspects et des formes (bien que toutes soient des phallus énormes pour l’âge de ces garçons et leurs origines !). Mais est-ce du plaisir quand, grâce à la technologie actuelle, on se retrouve sous le chantage ? La menace de voir une photo, une vidéo, divulgué à votre conjoint ? Finit-on par s’y faire et laisser passer… En redemander ! Tout cela, consciemment ?

La fin…

Comment terminer ? Divulguer tous les secrets ? Les tenants et aboutissants ? Mais comment ne pas, cette fois, froisser/frustrer le lecteur de ces envies qu’on a vu naître, s’élever et s’enflammer dans le bûcher bâti dans le sein même de la femme qui était seule. Alors cette fin… Ne serait-elle que celle choisi de l’auteur, ou le partage de la vie de Maïn ?

Ce genre de maillot… Ca doit pas être agréable à porter… mais la vue est superbe !

Avis :

Pfiou ! Je vais pouvoir me lâcher ! Enfin !

J’ai un peu détaillé en tentant de faire poétique (un comble pour une œuvre sexuelle !), mais comprenez qu’on en est bien loin ! J’ai prêté cette œuvre à une amie à moi qui en la lisant a eu un soucis d’ordre éthique : Elle me parlait de viol. Et nous avons pu débattre sur ce sens dans l’œuvre qu’est « My sexy Teacher ».

Petite alerte spoiler : La suite peut contenir des éléments du récit importants !

Après sa première partie de jambes en l’air, Maïn se retrouve prise en photo par Tomoki et se retrouvera sous la contrainte de celui-ci « Sinon le mari aura toutes les preuves de son infidélité ». Pression psychologique donc ! Et emprisonnement de la personne. Mon amie me dit alors que le viol, ici, était dans le sens où il ne laisse pas le choix à Maïn de faire ce qu’il attendait d’elle.

Était-ce bien le but ? L’aurait-il fait ? Arrivé à la fin du récit… Et connaissant le but de Tomoki, on peut en douter ! Car il n’avait besoin que d’une chose. Et elle aurait très bien pu arriver par une autre que Maïn. Alors pourquoi elle ? Sa détresse psychologique ? Son charme ? L’opportunité ? L’auteur (et Tomoki) seuls le savent…

Aussi… Viol ? Pas viol ? Dur de savoir…

Consentement pas si éclairé ?

Pourtant… à mon sens, Maïn est loin d’être aussi « soumise » qu’on le croit. La peur de voir son mariage et sa stabilité, bien sûr en tête… Mais sa féminité, son envie, son plaisir au creux des reins… Comment avoir une bonne notion de la justesse ? Se sentir délaissée n’est-il pas une bonne raison à l’infidélité ? Surtout que… C’est pour le bien de son mari ! Son mental à lui, ne pas lui rajouter des soucis ! Alors… Elle peut bien se faire du bien en même temps qu’elle le protège. Voilà les sentiments qui habitent Maïn… Mais dans ce cas… Pourquoi ces nouvelles excuses quand Sugino va entrer dans la danse ?

Paroles… Paroles… Des paroles :

Une fois enfermé dans un mensonge… Comment s’en sortir ? Surtout lorsqu’il est bâti par soi-même ? Persuadée de sauver son mari… Elle va se retrouver face à un nouveau dilemme : sauver Sugino du chantage de Tomoki. Mais que risque-t-il ? Est-il le seul à risquer quelque chose ? Enfin, qu’advientra-t-il d’eux si le chantage cesse ? Les rôles de chacun cessera-t-il ? Ou aura-t-il une continuité assurée ? Seule la fin nous le dira… Mais laissera aussi… Tellement de part d’ombres…

Et donc ?

Je conserve deux regrets et une question dans ma réflexion sur ce titre :

  • Un léger manque d’approfondissement sur la psychologie des personnages (encore un comble pour une œuvre sur la sexualité débridée…) qui nous aurait permis d’apprécier plus la relation Maïn/Tomoki/Sugino.
  • Des corps et physique un peu « hors d’âge », mais j’ai l’impression qu’il s’agit d’une récurrence volontaire dans les œuvres hentaï qui ne sont pas sur un fétiche particulier.
  • Pourquoi l’œuvre est-elle bien marquée « Pegi-16 » alors qu’on est clairement sur une œuvre pornographique et non pas érotique ?
Une petite planche histoire de vous offrir l’aperçu de la tourmente… Mais encore… Est-ce le cas ?

Mot de la fin :

Il me sera compliqué de finir sur un jeu de mot… Ou même de vous conseiller ou non cette œuvre ! Cependant… Méfiez-vous des téléphones et autres moyens d’enregistrements. Et une rupture est parfois préférable aux tourments de la peur !

Besoin de plus de légèreté ? Moins de sexe et de sperme écoulé ? Alors rendez-vous sur les critiques de notre rédacteur Sandrock et ses light novels ! (N’oubliez pas qu’il stream aussi !)

Exprimez votre réaction
Like
Love
Haha
Wow
Sad
Angry

Amateur de manga de tout style... Du Hentaï au Shojo pour jeune fille... Je ne me base pas sur un auteur ou un style pour lire... Mais sur le scénario avant tout. Grande base personnelle en tome lu et possédé, je parlerai des oeuvres avec un regard commun. Je ne suis pas un pro de la critique ni de l'analyse... Mais je resterai impartial !
Partagez l'article :

Articles similaires