Martian Successor Nadesico
Par SandRock Le
Anime

Martian Successor Nadesico est une série anime de 26 épisodes de 23 minutes, diffusée du 1er octobre 1996 au 24 mars 1997 sur Bandai Channel et produit par le studio Xebec. Cette série principale resta inédite en France, toutefois l’éditeur Dybex sortit le film en DVD à la même époque.  La série, elle, connut une adaptation en manga par Kia Asamiya, publiée aux éditions Panini Comics à partir de 1997.

Martian Successor Nadesico
Martian Successor Nadesico © Xebec – Anime Limited

Akito est un jeune cuisinier mais aussi un fanatique de la série mecha Gekiganger 3. Il déteste néanmoins le combat et a décidé de s’investir pleinement dans son métier.

Il se trouve un jour enrôlé malgré lui à bord du Nadesico, un vaisseau invincible qui part en mission de reconnaissance sur Mars afin de voir si la planète dont Akito est originaire a résisté à sa destruction. L’équipage aura le temps de tisser des liens durant la longue aventure d’une expédition indépendante qui devra faire face aux Lézards de Jupiter et aux forces terrestres.

Sous l’influence de son ami Gai, lui-même amateur de la série Gekiganger et pilote de mecha sur le Nadesico, Akito va devenir autre chose qu’un simple cuisinier…

Staff :

  • studio d’animation : K Production, Xebec ;
  • réalisateur : Satô Tatsuo ;
  • scénariste : Asamiya Kia ;
  • chara-designers : Gotô Keiji, Moriki Yasuhiro, Nakahara Rei, Sakura Takumi, Takakura Takeshi ;
  • musique : Hattori Takayuki ;
  • nombre d’épisodes : 26 ;
  • durée d’un épisode : 25 min ;
  • année de production : 1996 ;
  • import : Anime Limited (UK).

Opening Blu-ray

Opening TV

Ending

Verdict

Lorsque j’ai décidé d’arrêter progressivement la japanimation actuelle, j’avais en tête une liste d’anime que je voulais absolument voir au moins une fois et dont Martian Successor Nadesico faisait partie.
Mais c’est là où les difficultés commencent. Je veux bien le voir, certes, mais la série – datant de 1996 – n’est jamais sortie chez nous, mis à part Martian Successor Nadesico : Prince of Darkness. C’est le film faisant office de suite à l’anime, sorti en 1998. Contrairement à son aîné, le film a été licencié chez nous par Dybex avec, apparemment, un résumé rapide de la série.

Finalement, c’était le destin ou pas, mais Nadesico a été licencié en Blu-ray par la branche UK d’All The Anime, donc, par conséquent, il est disponible en VO… mais sous-titré en anglais… Sur un énième coup de tête, je l’ai pris malgré mon piètre niveau en la matière. Certains et certaines doivent se demander comment j’ai pu suivre 26 épisodes en japonais sous-titrés ainsi. C’est simple. Le scénario a été vu et revu dans pas mal d’autres anime du même genre. En gros, le topo consiste en un affrontement entre extraterrestres et humains, ceux-ci tentant de faire face à l’invasion en créant, par le biais d’une compagnie privée, un navire – le « Nadesico » – chargé notamment de mener des missions humanitaires. L’appareil en question est doté d’un équipage à la qualité hors normes, pour ce faire. Du coup, mon visionnage a été grandement facilité.

La force de cet anime, c’est la tentative des scénaristes de faire cohabiter harmonieusement deux éléments totalement opposer l’un à l’autre : un humour de circonstance parvenant à faire mouche, aidé en cela par des personnages hauts en couleurs, mais aussi et surtout, un inattendu sens du drame. Cette audace se ressent dans les premiers épisodes, même si on s’aperçoit qu’au fur et à mesure de la série, elle a tendance à s’estomper, malgré une tentative de redresser la barre vers la toute fin.

Deux ans après la fin de l’anime, sa suite sous forme de film, Martian Successor Nadesico : Prince of Darkness, est sortie.

On passe à la suite

Martian Successor Nadesico
Martian Successor Nadesico : Prince of Darkness © Xebec – Anime Limited / Dybex

Trois années sont passées depuis la fin de la guerre qui a opposé les Terriens aux Joviens (les colons de Jupiter) et beaucoup d’événements se sont produits depuis. Yurika Misumaru, la capitaine du navire spatial Nadesico, et son fiancé Akito Tenkawa, pilote émérite d’Aestivalis (un robot de combat), sont décédés tragiquement pendant leur lune de miel. Inez Fressange, l’un des membres du Nadesico, a elle aussi disparu. Ruri Hoshino, la benjamine du vaisseau, a quant à elle connu un destin moins sombre puisqu’elle est devenue, à seulement 16 ans, capitaine du Nadesico B. A ses côtés se trouvent des membres de l’ancien Nadesico (à présent inutilisé), mais aussi de nouveaux pilotes, comme Hari Makibi et Saburota Takasugi. “

Staff

  • studio d’animation : K Production, Xebec ;
  • réalisateur : Satô Tatsuo ;
  • scénaristes : Satô Tatsuo, Asamiya Kia ;
  • chara-designers : Kia Asamiya, Keiji Gotô ;
  • mecha-designers : Maeda Meiju (collaboration), Moriki Yasuhiro, Nakahara Rei, Sakazaki Tadashi (collaboration), Suzuki Masahisa, Takeba Shingo ;
  • musique : Hattori Takayuki, Satoru Tezuka ;
  • nombre d’épisodes : 1 ;
  • durée d’un épisode : 90 min ;
  • année de production : 1998 ;
  • licencié en France : Dybex.

Trailer

Verdict

Ce qui m’a marqué, dans ce film, c’est le changement radical de ton : on passe d’un ton bon enfant dans l’anime à un ton plus sombre et bien moins enfantin. Tout pour comme la série, j’ai passé un agréable  moment. Seulement, pour moi, il y a deux gros bémols à souligner :

  • Même si le spectateur a vu la série avant de voir ce film, il trouvera le récit confus. En effet, entre la fin de la série et la sortie du film, il y a eu un jeu sur Sega Saturn, intitulé “Nadesico: The Blank Of Three Years“, permettant de suivre tous les événements qui se sont passés pendant les 3 années ayant suivi la guerre entre les Terriens et les Joviens. Je vous conseille d’aller lire cette chronique pour combler les trous avant le visionnage.

  • La plus grosse frustration, quand le film se termine, est qu’il n’y a pas de véritable fin. Et pour cause :  à l’origine, il devait y avoir une trilogie cinématographique. Or, malgré le succès remporté auprès des fans, ce projet a été malheureusement abandonné. Une suite a bien été mise en chantier sous forme de jeu vidéo. “Nadesico The Mission“. Sorti en 1999 sur Dreamcast, le jeu continue donc l’histoire du film, sans apporter beaucoup de réponses. Il se conclue même sur un sibyllin “à suivre”.

En conclusion

Si je devais faire un bilan de tout cela, je dirais que j’ai passé deux agréables moments de japanime. Tels que j’en ai rarement eu, depuis une éternité. J’aurais aimé qu’un éditeur ait assez de cran pour nous sortir la série en France. Mais, le marché français est assez “spécial”, donc un grand merci à Anime Limited (Branche UK d’All The Anime) pour avoir édité la série en Blu-ray. Au passage, l’anime rend hommage, avec ses références à Gekiganger III, cette “série dans la série” regardée par Akito et qui les parodie d’une très belle des manières, aux vieilles séries de robots des années 70, telles que Getter Robot ou Goldorak.

Bonne lecture !
Sources : Lien 1 et lien 2

Chroniqueur manga/anime/film d'animation/ Light Novel/Newseur/CM à la OMW Mes opinions regardent que moi Accesoirement Co-chef Fan d'Azur Lane et de Mobile Suit Gundam (sauf certains titres de la licence)
Partagez l'article :

Articles similaires