Par SandRock Le
Anime

La Compagnie Saiyuki recherche compagnons aussi aventureux qu’eux pour visionnage en leur compagnie d’une fresque aussi épique que remplie d’action et d’humour.

Saiyuki © 2014 IDP HOME VIDEO
Saiyuki © 2014 IDP HOME VIDEO

« Les humains et les démons vivent enfin en paix et en harmonie. Cependant, quelque part à l’ouest, quelqu’un tente de ressusciter un ancien démon malfaisant et tous les démons retrouvent leurs instincts belliqueux en attaquant sauvagement les Hommes. C’est là qu’intervient un moine peu orthodoxe et adepte des armes à feu répondant au nom de Genjô Sanzô qui, accompagné par trois êtres mi-hommes mi-démons aux puissants pouvoirs, est chargé d’endiguer la déferlante maléfique. « 

Saiyuki Reload © 2014 IDP HOME VIDEO
Saiyuki Reload © 2014 IDP HOME VIDEO

 » Dans un monde lointain où se mêlaient autrefois avec harmonie hommes et démons, science et magie, la terreur règne désormais. Le retour annoncé du démoniaque Gyumaoh et ses hordes en est la cause…Pourtant, dans ce monde mystique, un groupe de quatre aventuriers audacieux marche vers l’ouest pour éradiquer la menace qui se profile. Gôku, Gojyô, Hakkaï et Sanzô sont enfin de retour et vont user de leurs pouvoirs pour ramener définitivement la paix… mais leur route est longue, et parsemée d’obstacles.. »

Réalisation/animation

Nous devons ce joyau du shônen au Studio Pierrot (Yu Yu Hakusho, Kimagure Orange Road, GTO, Midori no hibi (Midori Days),…) particulièrement à Hayato Date (GTO, Orphen, Naruto, Naruto Shippuden, Saiyuki requiem,…) donc, un habitué de ce genre de productions en destination des fans d’actions.

En plus d’un réalisateur très connu et d’un excellent studio, les personnages ont pris vie grâce au talent de chara-designer de Yuji Moriyama (Fire emblem, Juliette, je t’aime, Saiyuki Requiem), ce dernier ayant un palmarès très garni à son actif dans l’animation sur divers postes :

– Directeur de l’animation sur (Evangelion : 1.0 – You are [not] alone, Lamu (crédité sous le pseudo de Tarô Chokan), Lamu : Film 2 – Beautiful Dreamer, Lamu : Film 3 – Remember my Love, Les Ailes d’Honnéamise, Les Samouraïs de l’Éternel, Naruto (crédité sous le pseudo de Kotarô Kazuma), Gunbuster, Macross Plus ….)

– Directeur Technique et Story-Board sur Trigun et Lamu

Pour Saiyuki Reloaded, c’est toujours le même studio, mais, les commandes du projet furent confiées cette fois-ci à Tetsuya Endo (Hikaru no Go, One Piece, Ranma 1/2,… ) ajouté à cela son rôle d’assistant-réalisateur sur Mon Voisin Totoro.

Pour la partie chara-design, nous le devons à Noriko Otake (Chocola et Vanilla, Naruto Shippuden et Blue Dragon)

Musique

On les doit à Motoi Sakuraba pour Saiyuki et Daisuke Ikeda pour Saiyuki Reload, qui ont su parfaitement retranscrire les qualités de ce shonen hors normes. Chaque ost est magnifique.

Saiyuki

Osts :  ici / ici / ici / ici / ici

Opening 01 

Opening 02

Ending 01

Ending 02

Saiyuki Reloaded

Ost

Opening

Ending 01

Avis

Passons au microscope ces œuvres :

Les points positifs

  • Ces deux licences doivent leurs immenses succès à quatre protagonistes charismatiques ayant chacun un passé trouble, une personnalité unique et des talents formidables.

Genjô Sanzô

Haut moine aux méthodes pas trop orthodoxes par rapport à sa fonction, possédant de grands pouvoirs spirituels mais dont le comportement ne reflète aucunement les vertus qu’il devrait prêcher : il est violent, boit, fume et tire sans hésitation sur ses ennemis, et aussi sur ses propres compagnons quand on le pousse à bout : n’est-ce pas Songoku et Gojyô. Accompagné de compagnons de route “très spéciaux”, il a pour mission d’empêcher la résurrection de Gyumao le démon.

Songoku

L’estomac sur patte de la bande et admire Sanzô car il lui est redevable de l’avoir libéré. Cependant, il ne faut pas l’embêter longtemps car c’est un combattant hors pair. Il se transforme en démon assoiffé de sang lorsque son diadème est enlevé.

Sha Gojyô

C’est le dragueur et frimeur de service du groupe, né de l’union d’un monstre et d’une humaine, il fut victime de discrimination et cachant un lourd passé familial. Il adore embêter Songoku en l’insultant de sale ouistiti.

Cho Hakkai et Hakuryû

Disposant de grands pouvoirs lui aussi, il voyage avec Hakuryû, le petit dragon blanc, capable de se transformer en jeep. Tout comme Songoku, il porte sur l’oreille “des sortes de boucles d’oreille”, cachant ainsi son autre forme, après avoir baigné dans le sang d’un millier de monstres conséquence de sa vendetta contre ceux qui ont poussé sa bien-aimé à se suicider devant ses yeux.

  • Un des autres ingrédients faisant le charme de cet animé est le rapport entre les 4 “lascars” même si, dans la première saison, rien ne se laisse filtrer, c’est à partir de la seconde saison et l’arrivée de Dieux Guerriers (Shien,  Homura et Zenon), qui eux aussi ont un lourd passé, que le mystère sur leur étrange relation commence à se lever.
  • Elle a su insuffler un nouveau souffle épique au shônen. À chaque étape dans une ville, nos amis se retrouvent, soit mêler aux démons de leur passé, soit à combattre des démons terrorisant les humains, soit à remettre de l’ordre. On n’a pas le temps de s’ennuyer avec eux.
  • De plus, nos héros se peuvent pas se blairer et les joutes verbales entre eux font aussi le charme de cet excellent animé.

Les points négatifs

  • Elle a souffert du syndrome des “séries fleuves” à cause de son immense succès. Malgré 50 épisodes et une fin plus qu’ouverte, les japonais ont donné naissance à deux suites (même si, là encore, sans que nos lascars n’arrivent au terminus de leur périple) avec Saiyuki reload et Saiyuki Gunlock. Un film, Saiyuki Requiem sera aussi réalisé. Sur les trois titres, seul le film connaîtra une diffusion TV sur NRJ 12 et les autres sortiront directement en physique directement.

  • Pour ma part, j’ai regardé que Saiyuki et Saiyuki Reloaded. Malgré les ingrédients des deux premières saisons toujours présents et le boost au niveau du chara-design et de l’animation, on constate un début d’essoufflement. Les ¾ des 25 épisodes, composant la saison 3 appelée Saiyuki Reloaded, sont assez répétitifs et linéaires. Mais à partir de l’épisode 18 et l’apparition de certains personnages, les choses commencent à bouger.
  • Concernant le doublage, personnellement, je le trouve bon. Mais, il peut surprendre certains et certaines ayant connus les diffusions TV. Rendez-vous un peu plus bas pour en connaître les raisons.

Le saviez-vous ?

Cet animé a eu droit à deux doublages à peu près en même temps.

Effectivement, les droits TV ont été acquis à l’époque par AB production pour la diffuser sur leurs chaînes câblées et NT1. Dans le même temps, de son côté, l’éditeur Déclic Image avait acquérit les droits vidéos. Cependant, aucun accord d’exploitation autour du premier doublage TV faite par AB Production (réalisé chez Made in Europe)  n’a abouti. Par conséquent, Déclic Image a effectué un doublage (réalisé au studio Lincoln) spécialement pour ses DVDs.

A cause du succès des DVDs et de la multiplication des rediffusions de la série à la TV, beaucoup connaissent les deux doublages.

Voix françaises

Version Made in Europe (AB Production)

Nessym Guetat (Genjô Sanzô) (TV) 

Aurélien Ringelheim (Songoku) (TV)

Damien Gillard  (Chô Hakkai) (TV)

Tony Beck  (Sha Gojyô) (TV)

Mathieu Moreau (Kogaiji) (TV)

Marie-Line Landerwjin (Yaone) (TV)

David Manet (Homura) (TV)

Version Lincoln (Déclic Images)

Patrick Béthune (Genjô Sanzô) (DVD)

Alexandre Aubry (Songoku) (DVD)

Stéphane Ronchewski (Chô Hakkai) (DVD)

Martial Le Minoux (Sha Gojyô) (DVD)

François Créton (Kogaiji) (DVD)

Magali Barney  (Yaone, Gyokumen) (DVD)

Nathalie Bleynie (Ririn) (DVD)

Verdict

Que dire de cette expérience. Avant d’acheter ces coffrets, je ne n’avais plus revu Saiyuki depuis 10 ans et sa diffusion sur NT1. Ce fut une immense joie de retourner une dizaine d’année en arrière et revoir cet animé de mon adolescence (20 ans à l’époque et 30 maintenant). C’était le pied total.  De plus, c’était l’occasion de regarder la saison 3 qui n’a jamais été diffusée à la TV.

Le changement du doublage m’avait surpris au départ et puis, finalement, cela ne m’a pas gâché mon visionnage. Il faut aussi se rendre compte que Saiyuki, et bien d’autres étaient, à l’époque, les fers de lance de cette nouvelle vague d’animés inondant la toute jeune TNT pour notre plus grand plaisir. Je vous conseille vivement ce shônen hors norme si vous êtes en manque de visionnage. Vous ne serez pas déçus du voyage.

Accompagnez Sanzô et ses compagnons dans cette version épique et moderne de la légendaire  Légende du roi des singes.

Liens utiles :

DVD

Saiyuki  : ici

Saiyuki Reload  :

Bon, sur ce.

Bon visionnage, à une prochaine. 

[Source : ici]

Exprimez votre réaction
Like
Love
Haha
Wow
Sad
Angry

Chroniqueur manga/anime/film d'animation/ Light Novel/Newseur/CM à la OMW Mes opinions regardent que moi Accesoirement Co-chef Fan d'Azur Lane et de Mobile Suit Gundam (sauf certains titres de la licence)
Partagez l'article :

Articles similaires