JK Haru - Sex Worker In a New World Image de couverture - Ko Hiratori - J-Ta Yamada - Meian éditions
Par Mangy Le
Manga

Après un bon premier volume, « JK Haru, Sex Worker in Another World » revient dans ce nouvel opus. Cet Isekai se démarque vraiment par son originalité et ce tome poursuit dans cette lignée. Malheureusement, il n’y a encore aucune date de sortie pour le suivant…

JK Haru, Sex Worker in Another World – Informations générales

  • Œuvre originale : Ko Hiratori
  • Dessin / Manga : J-Ta Yamada
  • Maison d’édition japonaise : Shinchosha
  • Date de première parution au Japon : 2019
  • Nombre de tomes au Japon : 3 (en cours)
  • Maison d’édition française : Meian
  • Date de première parution en France : novembre 2020
  • Nombre de tomes en France : 2 (en cours)
  • Date de sortie du prochain volume : inconnue
  • Public : Adulte – Seinen
  • Genre : Drame – Fantasy – Isekai – Réincarnation – Sexe – Prostitution
  • Résumé de l’éditeur : « Dans un monde parallèle où le sexisme est roi, les jeunes filles ne vivent pas… elles survivent ». Haru Koyama, lycéenne tout à fait lambda, va voir sa vie basculer suite à un violent accident. Ce n’est qu’en rouvrant les yeux qu’elle va se rendre compte qu’elle n’est plus du tout chez elle. La voilà projetée dans un autre monde régi par un système patriarcal. Ne possédant aucunes stats particulières, la jeune fille se retrouve à devoir travailler au Chat Bleu Nocturne, un bar, aussi connu pour être une maison de passe où chacun peut assouvir ses fantasmes…
  • Prix de vente : 6,95€
JK-Haru Sex -Worker in Another World - # 2 - Ko Hiratori - J-Ta Yamada - Editions Meian
JK-Haru Sex -Worker in Another World – # 2 – Ko Hiratori – J-Ta Yamada – Editions Meian

Finalement, Que vaut ce second tome ?

Cette série n’est vraiment pas pour tous les publics. Tout d’abord parce que nous sommes dans un univers de prostitution dans un monde très hostile à la gente féminine, mais également par les scènes de sexe bien présentes, même si peu détaillées comparé à d’autres œuvres de la même collection. Pour autant, cet Isekai est vraiment original et aborde les dangers du métier de manière appropriée. En effet, et je pense l’avoir déjà fait remarquer, la prostitution est souvent « idéalisée » dans les mangas. Les risques sont rarement évoqués et développés comme ils le sont ici.

De plus, l’héroïne n’est pas foncièrement positive comme on peut le croire, elle peut avoir des hauts et des bas. Elle arrive à se relever grâce à sa force de caractère et je trouve cela encourageant.

En ce qui concerne les personnages, ce tome se concentre surtout sur notre protagoniste, même si Chiba, Sumo et la prêtresse Kiyori font quelques apparitions plus ou moins marquées. Nous avons également un mystérieux inconnu qui éveille des sentiments inconnus chez notre héroïne…

Pour autant, j’ai beaucoup de mal à apprécier certains d’entre-eux. Chiba, l’ancien camarade de classe d’Haru, m’horripile. En même temps, nous le voyons avec les yeux de cette dernière, mais certaines de ses remarques sont problématiques. Il voit la jeune femme souffrir de cette situation, mais comme cette dernière l’arrange, il ne cherche pas vraiment à l’aider à s’en sortir. Ses propositions de la réduire en esclavage et de créer un harem sont problématiques sur bien des points.

Enfin, nous avons de beaux graphismes et le chara design est bien travaillé. Tous ces éléments font que ce manga est de qualité et que je compte bien poursuivre ma lecture. Cette série a du potentiel et est originale. Que demander de plus ?

Bonne lecture !

Bonjour à tous, c’est Ukato, merci d’avoir lu notre article ! N’oubliez pas de nous rejoindre et de nous suivre sur les réseaux sociaux :

N’hésitez pas à mettre un commentaire, ça fait toujours plaisir (Ici ou ailleurs ! )
À bientôt sur Otaku’s Mafia World

Ukato
OMW
Exprimez votre réaction
Like
Love
Haha
Wow
Sad
Angry

Rédactrice OMW depuis plus d'un an, je me spécialise dans les mangas, bien que je puisse me laisser aller à une critique jeu vidéo de temps en temps ! En ce moment, je suis obsédée par les Isekai, mais j'aime beaucoup les Shonen et les séries fantastiques.
Partagez l'article :

Articles similaires