Par Ryu Shijou Le
Hentai

Et bien voilà ! Nous y sommes. La dernière partie de notre lexique Hentaï. Il nous reste à explorer donc ces mots qui seront les plus spéciaux. L’alphabet fait bien les choses…

Après, n’oubliez pas que nous parlons ici des mots propres aux œuvres Hentaï, les paraphilies et autres pratiques spéciales propres aux relations sexuelles ou à la pornographie restent applicables dans ces œuvres (et ce parfois, à l’excès…).

Je ne m’en cacherai pas, l’érotisme et les œuvres porno m’ont toujours fascinées… (Jusqu’à certaines limites, bien entendu ! Qu’elles soient légales ou simplement parce que la pratique me rebutait… Impossible pour moi de visionner de l’uro, scato par exemple).

Les œuvres BDSM sont pour moi les plus hypnotiques, les plus incompréhensibles… Se faire du bien en se faisant du mal ! Quel concept non ? Alors que personnellement j’ai en sainte horreur de souffrir… Voir ces gens s’infliger eux-même de la douleur ou demander qu’on la leur inflige… Pour se sentir vivant et jouir de cela… Rien que d’en parler, j’en ai des frissons !

Bref, laissons cela, et concentrons-nous sur le lexique !

Même dans de vieux dessins, on peut retrouver l’utilisation de légumes et objets du quotidien.
R
  • Rape simulator : Littéralement « Simulateur de viol ». Jeu faisant l’apologie et la part belle aux viols.
  • Rezu : Désigne une lesbienne. La femme à proprement parlée, et non pas l’attirance sexuelle.
  • Rezuru : Activité sexuelle lesbienne.
La salle de bain… Lieu où souvent ont lieu les premiers ébats d’une histoire classique.
S
  • San P : 3P, 3 player, 3 personnes. Partouze à 3.
  • Skatoro : Voir « Coprophilie ».
  • Skatorogi : Voir « Coprophilie ».
  • Sekkusu : Sexe.
  • Seikô : Rapport sexuel.
  • Seme : Dans une relation homosexuelle, il s’agit du « Dominant/Actif ».
  • Senzuri : Littéralement « Mille frottages ». Masturbation masculine exclusivement.
  • Shemale : Voir « Futanari ».
  • Shibari : Voir « Bondage ».
  • Shiofuki : Éjaculation féminine. Référence aux femmes fontaines.
  • Shojô-Ai : Yuri soft.
  • Shokushu : Nom véritable des « Monster » ou « Tentacle » Hentaï. Terme apparût très tôt dans le genre, car une loi nippone interdisait l’apparition nues simultanées de deux personnages, de poils pubiens ou des sexes dans les œuvres pornographiques. Il a donc fallu trouver des substituts allant des gardes de sabres/katanas jusqu’aux tentacules de monstres pieuvres ou de formes rappelant les phallus. Voir même le phallus invisible (viol par « l’homme invisible »).
  • Shônen-aï : Yaoï soft.
  • Shunga : Estampe japonaise érotique. Ancêtre des Hentaï.
  • Sukatorojii : Nom japonnais de la coprophilie, décomposé via l’un de leur syllabaire.
  • Sukebe : Débauché. S’utilise pour parler des vieux hommes fortement attiré par la sexualité.
Exemple de « San P », ou triolisme.
T
  • Te Koki : Masturbation dite traditionnelle, mais pas par onanisme. Il s’agit du fait de se faire masturber manuellement par quelqu’un. Si c’est avec le pied, on dit « Ashi Koki ».
  • Tentacle : Voir « Shokushu ».
  • Titfuck : Souvent confondu avec le « Paizuri ». On est dans une œuvre où l’homme va pénétrer un mamelon, un téton sur des poitrines de tailles démesurées. Il va donc dilater le corps caverneux interne du téton et le pénétrer avec sa verge. Il n’y a pas de terminologie propre japonaise.
  • Toddlerkon : Genre extrême, voir interdit normalement. Œuvres dans lesquels l’histoire se concentre sur des relations sexuelles avec des protagonistes extrêmement jeunes, ayant un âge compris entre 2 et 6 ans. Parfois entre eux… Parfois avec des adultes. Désigné au japon sous le terme « Baby complex ».
  • Training : Type de Hentaï game où le but est d’éduquer, élever une fille pour lui faire connaître et aimer les joies du sexe sous toutes ses formes.
  • Types et tailles de seins : Cela n’a rien d’un genre, excepté l’un ou l’autre genre bien précis. Mais il s’agit de la façon qu’ont les japonais de désigner les différentes tailles de poitrine dans les Hentaï et Manga. : Munyuu = pas de seins (amastie), Hinnyuu = maigres poitrines, Binyuu = petits seins, Binyuu = beaux seins ou seins de belle forme, Kyonyuu = gros seins, Bakunyuu = très gros seins (littéralement : seins explosifs), Manyuu = seins gigantesques (Aussi gros que le reste du corps minimum, aucune limite dans l’exagération).
Exemple de « Tentacle ». Histoire d’amour ici avec une pieuvre réelle…
U
  • Uke : Dans une relation homosexuelle, le soumis/passif.
  • Urabon : Livre illégal contenant des photos à caractère sexuel.
  • Uro : Voir Urolagnie.
  • Urolagnie : Pratique sexuelle qui se concentre sur les « Golden Shower », où les partenaires urinent l’un sur l’autre.
  • Urologie : Voir Urolagnie.
Exemple ici de « Uke ». Il ne s’agira que de désigner un homme.
V

(Aucun mots dans cette catégorie).

W
  • Wakamezake : Fétichisme sexuel alcoolique. On demande à une femme de serrer ses cuisses et on verse alors du saké dans le creux formé à la jointure entre les cuisses et le Mont-de-Vénus. Le nom porté est dû au fait que les poils pubiens qui flottent alors rappellent les algues (Wakame) qui flotte dans l’eau.
Exemple de « Wakamezake ». Typique et sans détour.
X

(Aucun mots dans cette catégorie).

Y
  • Yaoï : Œuvre à caractère homosexuel de type Homme/homme.
  • Yiff : Onomatopée qui fait référence au renard. Se place dans la catégorie des Furry. Il existe cependant une différence, dans le sens ou le Kemono est le penchant soft et le Yiff est le penchant hard du Furry.
  • Yuosin ji : Morsure sur les organes génitaux. La plupart du temps sur le gland.
  • Yûri : Oeuvre à caractère homosexuel de type Femme/femme.
Exemple de « Yiff ». Le plus soft que j’ai pu trouver… Croyez-moi…
Z
  • Zabrelayrwle : Du polonais « Graine contre graine ». Désigne ici le fait que deux hommes soient face à face, gland contre gland (non circoncis) et se masturbent en faisant en sorte que leurs prépuces englobe le gland qui lui fait face.
  • Zamen : Mot emprunté à l’allemand et désignant la semence.
Exemple de « Païzaru ». Différent du « Titfuck ».

Et bien ! Je ne sais pas vous… mais quelques mots m’ont donnés des sueurs froides hein… On est sur des œuvres où la seule limite reste l’imagination on dirait bien.

Maintenant que ce lexique en 3 parties est posé, nous attaquerons quelques œuvres. Je tiens à préciser cependant plusieurs choses :

  • Ne serons traitées dans la partie Hentaï que les œuvres dîtes « Légales ». Soit pas de « baby complex », pas de personnages sous l’âge de 18ans, pas de loli-shotacon.
  • Si l’œuvre traitée parle de personnage sous les 18ans, les images affichées ne seront pas dénudées !
  • Otaku’s Mafia World ne saura et ne pourra être tenu responsable de votre présence sur cette partie du site si vous avez moins de 18ans ou êtes sous l’âge légal de votre pays de résidence pour la majorité.
  • Certaines œuvres traiteront de sujets sensibles (Viols, meurtres, tortures physiques/psychologique, pratiques hardcore BDSM, etc…) nous ne pourrons être tenus responsable de votre choix de lire le contenu et du fait que vous en soyez choqué.
  • Les œuvres traitant de scato, urologie ou autres productions du corps pourront être traités. Faites attention aux descriptions affichées.
  • En lisant nos articles, vous acceptez implicitement ses différents points et vous attestez votre majorité.

Voici donc ! Bonne lecture pour la suite ! Prévoyez les sopalins et sortez couverts surtout !

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hentai

Besoin de changer d’air ? De vous enlever ces images de la tête ? Ou au contraire de rajouter des petites culottes et des soutiens-gorge bien garnis ? Et bien lisez les œuvres de « Ken Akamatsu » décrites au travers de la critique suivie : https://otakusmafiaworld.fr/un-mangaka-une-oeuvre-une-vie/

Exprimez votre réaction
Like
Love
Haha
Wow
Sad
Angry

Amateur de manga de tout style... Du Hentaï au Shojo pour jeune fille... Je ne me base pas sur un auteur ou un style pour lire... Mais sur le scénario avant tout. Grande base personnelle en tome lu et possédé, je parlerai des oeuvres avec un regard commun. Je ne suis pas un pro de la critique ni de l'analyse... Mais je resterai impartial !
Partagez l'article :

Articles similaires