Par SandRock Le
Manga

Il existe bien un genre d’œuvres nippones  assez lucratif et ayant une longue longévité dans cette industrie, c’est bien la comédie romantique « harem ». Le scénario repose sur un lycéen « normal » qui se retrouve entouré de jolies filles qui vont se battre pour avoir la grâce à ses beaux yeux. C’est encore mieux si ce lycéen est un garçon pas très dégourdi incapable de se rendre compte des sentiments des filles. Mais, un manga est apparu pour taper dans la fourmilière et remettre les compteurs à zéro. Ce dernier s’appelait Que sa volonté soit faite. On le doit à Tamiki Wakaki créée en 2008 et fut pré-publié dans le magazine Shonen Sunday Super. Le premier tome arriva chez l’éditeur Kana, le 4 mars 2011.

Que sa volonté soit faite © Tamiki WAKAKI / SHOGAKUKAN - Kana
Que sa volonté soit faite ©
Tamiki Wakaki / Shogakukan – Kana

Un garçon surnommé le « dieu tombeur » dans le monde des jeux de drague s’apprête à faire la conquête d’une fille réelle !! Ce garçon s’appelle Keima Katsuragi, et c’est ici que son mythe commence !!

Trailer

Avis

Passons au microscope cette oeuvre

Les points positifs

  • Le mangaka nous gratifie d’un manga avec un scénario donnant une impression de déjà vu, mais se révélant génial et amusant. Le tout transporté par de dessins magnifiques s’améliorant au fur et à mesure de l’évolution de Keima en maturité.
© Tamiki Wakaki / Shogakukan - Kana
© Tamiki Wakaki / Shogakukan – Kana

 

© Tamiki Wakaki / Shogakukan - Kana
© Tamiki Wakaki / Shogakukan – Kana
  • Un personnage charismatique en la personne de Keima Katsuragi, à lui seul, il parodie, avec exagérations, avec brio l’otaku dans toute sa splendeur en faisant des références à moultes œuvres de la pop culture. Cependant, ceci n’est valable que dans le premier arc du manga, concentré dans les « conquêtes » . En effet, par la suite, on constate que le protagoniste évolue au fur et à mesure de ces dernières, surtout avec l’arrivée des personnages comme les Déesses, les démones chargées de capturer des esprits en fuite et le lot de problèmes, conséquence de ces apparitions. À ce moment-là, un changement radical s’effectue dans son comportement.
© Tamiki Wakaki / Shogakukan - Kana
© Tamiki Wakaki / Shogakukan – Kana

 

© Tamiki Wakaki / Shogakukan - Kana
© Tamiki Wakaki / Shogakukan – Kana

 

© Wakaki Tamiki / MANGLOBE INC. - Wakanim
© Wakaki Tamiki / Manglobe  INC. – Wakanim

 

© Wakaki Tamiki / Manglobe INC. - Wakanim
© Wakaki Tamiki / Manglobe INC. – Wakanim

 

© Wakaki Tamiki / MANGLOBE INC. - Wakanim
© Wakaki Tamiki / Manglobe INC. – Wakanim

 

  • Une galerie de personnages secondaires hauts au couleurs :

Mari Katsuragi,  la mère de Keima  et ancienne loubarde :

© Wakaki Tamiki / Manglobe INC. - Wakanim
© Wakaki Tamiki / Manglobe INC. – Wakanim

Certains professeurs comme :

Mme Yuri Nikaidō ;

© Wakaki Tamiki / Manglobe INC. - Wakanim
© Wakaki Tamiki / Manglobe INC. – Wakanim

M.Ichirou Kodama, professeur d’anglais ;

© Wakaki Tamiki / Manglobe INC. - Wakanim
© Wakaki Tamiki / Manglobe INC. – Wakanim

Les Démones chargées de la capture des âmes en fuite :

Hakua du Lot Herminium (à gauche) et Elsea « Elsy » de Lute Irma ( à droite) ;

© Wakaki Tamiki / Manglobe INC. - Wakanim
© Wakaki Tamiki / Manglobe INC. – Wakanim

Nora Floriann Leolia ;

cq2fuezweaazi97

Les Déesses (« Les sœurs Jupiter ») et leurs hôtes

Tsukiyo Kujô / Vulcanus ;

© Tamiki Wakaki / Shogakukan - Kana
© Tamiki Wakaki / Shogakukan – Kana

Shiori Shiomiya / Minerva ;

© Tamiki Wakaki / Shogakukan - Kana
© Tamiki Wakaki / Shogakukan – Kana

Ayumi Takahara / Mercurius ;

© Tamiki Wakaki / Shogakukan - Kana
© Tamiki Wakaki / Shogakukan – Kana

Yui Goidô / Mars ;

© Tamiki Wakaki / Shogakukan - Kana
© Tamiki Wakaki / Shogakukan – Kana

Tenri Ayukawa  / Diana ;

© Tamiki Wakaki / Shogakukan - Kana
© Tamiki Wakaki / Shogakukan – Kana

Kanon Nakagawa / Appolo ;

© Tamiki Wakaki / Shogakukan - Kana
© Tamiki Wakaki / Shogakukan – Kana

Le point négatif

  • Un ensemble de « conquêtes » assez hétérogène car on peut avoir tantôt des intéressantes et drôles puis tantôt des soporifiques : tout dépend de la fille à conquérir.

Verdict

Keima et Que sa volonté soit faite ont-ils réussi à me conquérir ? La réponse est évident : bien sûr que oui, aux vues de cette chronique. J’ai connu cette licence non par le manga, mais par la diffusion de la première saison de Que sa volonté soite faite en 2010 chez le tout jeune éditeur Wakanim débutant en même temps sur Wat.TV. J’ai tout de suite adhéré à cet univers et à ce concept. Les années ont passé et après trois saisons et 26 tomes, j’aime toujours autant. Mais comme beaucoup d’œuvres, ce titre n’a guère conquis le lectorat et malgré les adaptations cinématographiques. La plupart de ces détracteurs lui ont d’office collé la marque indélébile de comédie romantique « harem » alors que ce dernier tentait de rebooter ce genre en prenant les parties de la parodie et la caricature. À noter que c’est le premier manga de Tamiki Wakaki, j’espère que son prochain sera tout autant génial.

Au final, cette licence est à visionner et aussi à lire en complément pour avoir une immersion totale dans cet univers.

L’anime

Que sa volonté soit faite © Wakaki Tamiki / MANGLOBE INC. - Wakanim
Que sa volonté soit faite © Wakaki Tamiki / Manglobe  INC. – Wakanim

Keima Katsuragi est un dieu de la drague… virtuelle. Percer le cœur de pixel des héroïnes de jeux n’a pas de secret pour ce génie des jeux vidéo de simulation amoureuse, à tel point qu’il est surnommé sur internet « le dieu de la capture ». Tout se complique lorsqu’il rencontre Elsy, jolie créature venue de l’enfer, qui lui confie une mission de taille : capturer le coeur de jeunes filles bien réelles pour renvoyer en enfer les démons qui se sont réfugiés en elles. Pourra t-il appliquer ses plans de conquête sur « des filles en trois dimensions », qui plus est en chair et en os ?

Staff

  • Nombre d’épisode : 24 
  • Durée d’un épisode : 25 minutes
  • Année de production : 2010 pour la saison 01 et 2011 pour la saison 02
  • Licencié en France :  Wakanim

Saison 3

Dans cette saison, on apprend qu’au même titre que les âmes en fuite (weiss), qu’il y a des déesses dans le corps de jeunes filles amoureuses. L’une d’elle, dans le corps de l’une des conquêtes de Keima se fait agresser par un démon partisan de l’ancien enfer. Pour la sauver, Keima va devoir identifier les autres déesses, dont leurs pouvoirs est nécessaire pour ôter le maléfice. Deux indices s’offrent à lui : les déesses sont dans le corps de ses anciennes conquêtes et les filles abritant une déesse se souviennent de leurs aventures avec Keima dans les saisons précédentes.

Staff

  • Nombre d’épisode : 12
  • Durée d’un épisode : 25 mins
  • Année de production : 2013
  • Licencié en France :  Wakanim

Liens Utiles

DVD/Bluray : Ici

Site japonais : Ici

Bonne lecture !

 

 

[Source : Ici, Ici, Ici et Ici]

Exprimez votre réaction
Like
Love
Haha
Wow
Sad
Angry

Chroniqueur manga/anime/film d'animation/ Light Novel/Newseur/CM à la OMW Mes opinions regardent que moi Accesoirement Co-chef Fan d'Azur Lane et de Mobile Suit Gundam (sauf certains titres de la licence)
Partagez l'article :

Articles similaires