Celle que je suis - Promotion - Bingo Marihashi - Suwaru Koko - Editions Akata
Par Mangy Le
Manga

Aujourd’hui, je partage avec vous une découverte instagram, le manga « Celle que je suis » publié par les éditions Akata en 2019. Je dois avouer que je suis très satisfaite de cette lecture bien plus profonde que l’on peut croire au premier abord.

Celle que je suis – Informations générales

  • Scénario : Bingo Morihashi
  • Dessin : Suwaru Koko
  • Maison d’édition japonaise : ASCI Media Work
  • Date de première parution au Japon : 2016
  • Nombre de tomes au Japon : 2 (série terminée)
  • Maison d’édition française : Editions Akata
  • Date de première parution en France : 2019
  • Nombre de tomes en France : 2 (série terminée)
  • Public : Seinen
  • Genre : Transidentité – Romance – Société – Drame – Slice of Life
  • Résumé de l’éditeur : Années quatre-vingt, Tokyo. Yûji Manase est étudiant. Mais il vit au quotidien avec deux secrets dont il n’a jamais parlé à personne : d’une part, les sentiments qu’il éprouve pour son ami de longue date Masaki Matsunaga, et de l’autre, le malaise qu’il ressent vis-à-vis de son corps. Un jour, Yûji pose la main sur une robe que sa sœur a laissée dans son appartement, sans savoir que cet acte allait bouleverser sa vie…
  • Prix de vente : 8,05€

Que vaut cette série ?

Tout d’abord, il est important de signaler que le thème principal de ce manga, au-delà de la question de transidentité, est l’acceptation de soi. Yûji subit un véritable mal-être. Il est mal dans sa peau car il n’accepte pas son corps d’homme. Si son parcours est complexe et qu’il doit apprendre peu à peu à s’aimer tel qu’il est, ce n’est pas le seul personnage à souffrir de sa condition. En effet, tout son entourage du club de littérature fantastique cache un secret et des difficultés. Ce qui fait que j’ai beaucoup apprécié la manière subtile avec laquelle chaque problématique est abordée.

On se pose des questions tout au long de la lecture. Cette œuvre met en avant des questions de société qui ne se posent pas qu’en Orient, mais aussi en Occident. Bref, cette série fait réfléchir à de  nombreuses choses : la masculinité, la féminité, le mariage, la transidentité, l’homosexualité… Cependant, on ne peut pas dire que c’est un Yaoi ! Au contraire, on se situe sur du Seinen.

En ce qui concerne les personnages, le protagoniste et les épreuves qu’il subit sont poignants. On s’attache à celui-ci. Masaki l’est beaucoup moins, mais ses problèmes ne posent pas moins question. En outre, celle dont le récit est le plus malheureux est Etsuko. Cette dernière est en grande souffrance et subit complètement ce qu’il se passe autour d’elle et le choix des autres. Ce qui est un gros problème dans la société japonaise, que ce soit dans les années 80 qu’actuellement… Quant à Ayumi, elle est juste agaçante. Mais bon, on ne peut pas avoir que des personnages de qualité.

Quant aux graphismes, ceux-ci sont plutôt harmonieux. La lecture n’en est que plus agréable. Pour conclure, on a une très belle œuvre qui propose de réfléchir à des questions de société. Même si on n’est pas concerné par le sujet de la Transidentité, on peut apprécier ce manga.

Bonne lecture !

Bonjour à tous, c’est Ukato, merci d’avoir lu notre article ! N’oubliez pas de nous rejoindre et de nous suivre sur les réseaux sociaux :

N’hésitez pas à mettre un commentaire, ça fait toujours plaisir (Ici ou ailleurs ! )
À bientôt sur Otaku’s Mafia World

Ukato
OMW
Exprimez votre réaction
Like
Love
Haha
Wow
Sad
Angry

Rédactrice OMW depuis plus d'un an, je me spécialise dans les mangas, bien que je puisse me laisser aller à une critique jeu vidéo de temps en temps ! En ce moment, je suis obsédée par les Isekai, mais j'aime beaucoup les Shonen et les séries fantastiques.
Partagez l'article :

Articles similaires