Beyond Evil - Promotion - Miura - Ogino - Editions Kazé
Par Mangy Le
Manga

Aujourd’hui, je vous parle d’une série plus ancienne : « Beyond Evil » ! Je suis tombée sur ce manga court de quatre tomes par hasard et je suis tombée sous le charme des couvertures. Mais que vaut-il vraiment ?

Beyond Evil – Informations générales

  • Scénario : Miura
  • Dessins : Ogino 
  • Maison d’édition japonaise : Kodansha
  • Date de première parution au Japon : 2014
  • Nombre de tomes au Japon : 4 (série terminée)
  • Maison d’édition française : Kazé
  • Date de première parution en France : 2016
  • Nombre de tomes en France : 4 (Série terminée)
  • Public : Seinen (14 ans et +)
  • Genre : Drame – Horreur – Mature –  Mystère – Psychologique – Surnaturel – Démon – Société capitaliste
  • Résumé de l’éditeur : En venant en aide à un camarade criblé de dettes, Gôta Terajima ne se doute pas qu’il plonge dans un monde étrange, où le temps est la seule monnaie d’échange. Initié aux rouages de cette société par Victor, il se retrouve bien vite confronté à de grands dangers et de puissants ennemis immortels.
  • Prix de vente : 7,99€

Finalement, que vaut cette série ?

Il faut savoir que nous sommes sur une série courte de quatre tomes. Si le quatrième volume est plus compliqué à trouver, les trois premiers sont aisés à se procurer. Le défaut des séries courtes, c’est que le scénario est généralement trop ambitieux pour se développer correctement. Pour moi, ce n’est absolument pas le cas ici. Tous les éléments flous en début de série finissent par être abordés. L’histoire est bien maniée, même si certains aspects peuvent trainer en longueur. On prend plaisir à tout lire et le lecteur a peu de chance d’être déçu par le dénouement.

Le scénariste a réalisé une véritable critique de la société capitaliste où tout ou presque se monnaie. Cependant, ici, on va un cran plus loin puisque les êtres humains vont pouvoir monnayer leur espérance de vie ! Cependant, cet aspect satyrique est parfaitement maîtrisé car on ne va pas jusqu’à la caricature. L’humain et ses désirs envieux sont très bien retranscrits.

La force de ce manga, c’est bien son héros, un jeune lycéen attaché à la justice et qui n’hésite pas à se salir les mains. En effet, il ne vit pas dans Bisounours Land et c’est un gros plus. Son mentor, Victor, est aussi un personnage bien plus profond et intéressant qu’au premier abord tout comme le « Roi ». Vraiment, on prend plaisir à les découvrir et certaines de leurs réactions sont plutôt drôles.

Les graphismes sont également très bons. Je dois avouer que ce sont les couvertures qui m’ont attirée. Les personnages sont expressifs et on ne remarque pas vraiment un manque de décors.

En conclusion, ce manga est vraiment pas mal du tout. J’ai bien accroché à la lecture et je ne peux que vous le conseiller chaleureusement. Attention cependant aux spéculateurs pour le tome 4.

Bonne lecture !

Bonjour à tous, c’est Ukato, merci d’avoir lu notre article ! N’oubliez pas de nous rejoindre et de nous suivre sur les réseaux sociaux :

N’hésitez pas à mettre un commentaire, ça fait toujours plaisir (Ici ou ailleurs ! )
À bientôt sur Otaku’s Mafia World

Ukato
OMW
Exprimez votre réaction
Like
Love
Haha
Wow
Sad
Angry

Rédactrice OMW depuis plus d'un an, je me spécialise dans les mangas, bien que je puisse me laisser aller à une critique jeu vidéo de temps en temps ! En ce moment, je suis obsédée par les Isekai, mais j'aime beaucoup les Shonen et les séries fantastiques.
Partagez l'article :

Articles similaires