Par Ryu Shijou Le
Manga

« Abyss »

On se met dans l’ambiance directement !

Détails généraux :

« Abyss » est un titre court, peu de tomes mais le rythme soutenu est quand même impressionnant.

Déclinaison :

  • 8 tomes (Série terminée, 6.99€ le tome).

crédit :

Manga : Soleil manga

Type :

Shonen.

Genre :

Action, Suspens, Horreur, Science-fiction, Pouvoirs, Enfer, Train, Voyage.

Auteurs :

Dessin/Scénario : Ryûhaku NAGATA

Oppressant, enfermé, clos… Les lieux sont si bien réalisés qu’on étoufferait avec les personnages…

Synopsis

Officiel :

Un groupe d’individus se réveille dans un étrange souterrain avec très peu de souvenirs de leur ancienne vie. Dans leur main, un interrupteur appelé «trigger» qui leur donne chacun accès à un pouvoir spécial.

Personnel :

Réveillé au milieu d’une pièce en partie inondée, on retrouve un jeune homme qui n’a plus de mémoire, une manette à la main. Ne sachant que son nom, il ne se souvient plus d’aucun détail. Il va donc commencer à visiter les lieux, une porte s’ouvrant… Et il va tomber sur un monstre, qui instantanément, va tenter de le tuer !

Sauvé in extremis de la pièce par un homme assez musclé, il va tomber sur un groupe de survivants qui vont lui expliquer l’univers dans lequel ils vont évoluer… Survie, pouvoirs spéciaux, différents étages… Un vrai jeu de survival en réel pour ces personnages. Voyons-voir combien vont en ressortir vivant !

Les couvertures sont sublimes ! N’est-ce pas ?

Personnages :

Dans « Abyss » les personnages vont être de toutes les sortes ! Mais bizarrement, l’auteur ne semble pas inclure des personnages âgés… (du moins dans les 4 premiers tomes !) : est-ce volontaire ? Doit-on avancer dans le récit ? Ou est-ce pour ne pas « choquer » ? Seul la fin du récit nous le dira !

Principaux :
  • Sakura Hiiragi : Meneuse du groupe (par tirage au sort). Elle fera le briefing de Hibiki. Possède le pouvoir « Télépath ». Donc, comme son nom l’indique, c’est de la télépathie.
  • Hibiki Dan : Jeune homme de la bande. Le personnage que l’on suivra dès le départ ! Son pouvoir « Copy », éponyme aussi, permet lors de son contact avec une autre personne, de copier le pouvoir de la personne. Mais dès qu’il la lâchera, son pouvoir cessera.
Secondaires/rivaux :
  • Haru Misaki : Seconde jeune femme du groupe. Elle possède le pouvoir de « radar ». Se concentrer sur une pièce ou un environnement lui indique des choses précises. Elle n’a cependant aucun impact sur tout cela, elle peut juste les visualiser.
  • Yuuto Fuse : Le plus jeune de la bande. Il est doté du pouvoir de « Télékinésis ». Donc éponyme aussi, télékinésie. Pouvoir bouger les objets sans les toucher, juste par la force de la pensée.
  • Taketo Kubo : Les muscles de la bande. On ne connaîtra pas son pouvoir (enfin… On aura pas le temps !) mais il est clair que son pouvoir est en adéquation avec ses muscles. Lui permettant d’en développer une plus spectaculaire.
Ensuite :
  • Les « eatman » : Créatures du monde de l’œuvre. Parfois de forme humanoïde, parfois indéfinissables… On ne sait strictement rien d’elles, à part qu’il vaut mieux ne pas être à portée… Et éviter le moindre contact… Visuel, olfactif ou même la peur… Évitez-les à tout prix !

D’autres personnages feront leur apparition dans « Abyss », allant de la nouvelle comparse du groupe, aux groupes de lâches partant avant notre groupe principal… Bref, tous les membres de la communauté humaine auront leur moment de lâcheté… Euh ! De gloire pardon !

Toujours aussi magnifique ces illustrations…

Évolution de l’histoire :

Dans « Abyss », on partage la vision des personnages. On arrive en ne sachant rien, pas même un nom et on arrive à un moment de reprise de conscience. Pas de vision à la première personne, mais du omniscient. Enfin, pas si omniscient que ça !

On partage le point de vue enfermé, restreint, reclus… Et franchir une étape, c’est réussir ensemble ! L’immersion, pour celui qui se prendra au jeu peut être et sera total !

Des pouvoirs téléphonés ?

Des pouvoirs qui tombent bien… Trop bien ? Est-ce de la facilité scénaristique ou alors le responsable des personnages présent dans le donjon qui a calculé leurs pouvoirs ? (Bon… Pour les deux cas, c’est de toute façon le mangaka qui est responsable. Mais dans un cas ce serait un défaut, dans l’autre se serait une implication indirecte prouvant une bonne maîtrise de son récit !).

Toujours est-il que le jeune Hibiki voit son pouvoir d’un pratique achevé ! Non content de copier, le voilà avec la possibilité d’en croître la puissance ! Et les pouvoirs de son groupe seront d’une aide sans conteste possible presque téléphoné… Pourtant… On ne peut s’empêcher de voir là un coup du sort (et le fameux… « ta gueule, c’est le scénario !).

Ça avance…

Et bien ! Il ne faut pas tirer sur la corde… Le rythme va bon train et rapide. Mais on a le temps de voir les personnages se distinguer, se développer et même de les voir « vivre » ! Amitié, discorde, affinité… On sent les tensions du groupe, les inimités se créer et la rancune se répandre… Mais la méfiance ne pourra être la plus présente dans ce huit clos. Et il faudra avancer à travers tout cela pour passer à la prochaine pièce et aux prochains niveaux…

Mais de qui (ou quoi ?) parle-t-elle ? Mystère…

Avis :

On insistera jamais assez là-dessus… Si vous êtes sensible aux tripes, au sang, aux endroits clos… Et si vous êtes du genre à vous immerger dans le récit très intensément… Passez votre chemin ! Car l’atmosphère oppressant n’est pas juste là pour le récit. Il a bien une utilité et ce n’est pas pour les esprits fragiles.

Tout comme certains sujets sensibles…Appartenir à un groupe… Être seul… La famille et les amis… Qui sont-ils ? À quoi servent-ils ? Du remue-méninges n’est-ce pas ? Surtout avec les bestioles aux fesses ! Comment s’en sortir ? Par quel(s) chemin(s) passer ?

Des facéties ?

Fi des blagues et autres plaisanteries… Même dans les moments de relâche nos personnages de « Abyss » vont déguster… Entre eux ! Tentative de trouver si un traître ne se trouve pas en leur sein… Méfiance envers les monstres qui peuvent arriver de tous les côtés… Manque de sommeil, de nourriture, d’eau… D’intimité même !

On trouve donc au travers des moments simples et de repos… L’ascenseur émotionnel est bien là ! Et le bout du tunnel est bien loin cette fois… D’où viendra le salut ?

Et les dessins ?

Des nuances de gris, du noir et du blanc. Les pages couleurs ne seront que les couvertures et ça ne fait pas de mal. Mise en garde dès la couverture : Une énorme bestiole, du sang et l’un des personnages… Tout cela en couleur avant de plonger dans cette abîme, qui ne sera que des teintes de noirs et de gris !

Une sublime maîtrise. On ne distinguera pas les rayons de lumières du soleil (ou du moins ce qu’ils pensent être cela) et le noir restera le noir. Pas de pages couleurs entre les chapitres… Pas d’autres lumières. Juste celle de l’espoir que nos protagonistes ont et auront… Avant d’être détruit…

Les actions sont fluides. Et chose devenue rare : Il n’y a pas une page pleine à ras bord de bulles explicatives. Toutes choses ont leurs places ! Et ça… Ça fait respirer !

J’ose même pas imaginer l’haleine de ce machin…

Mot de la fin :

Prêt à plonger dans les Abyss des derniers moments de votre vie ?

Envie de mignon ? Envie de lumière et de belles choses ? Lisez notre critique sur « A.I Non-stop ! » !

Exprimez votre réaction
Like
Love
Haha
Wow
Sad
Angry

Amateur de manga de tout style... Du Hentaï au Shojo pour jeune fille... Je ne me base pas sur un auteur ou un style pour lire... Mais sur le scénario avant tout. Grande base personnelle en tome lu et possédé, je parlerai des oeuvres avec un regard commun. Je ne suis pas un pro de la critique ni de l'analyse... Mais je resterai impartial !
Partagez l'article :

Articles similaires