A silent voice… Les handicapés ne sont pas vraiment muets…

Déclinaison :

  • 7 tomes (6,60€ le tome), ou un coffret intégral des 7 tomes (46,20€)
  • Un animé de 2h10min

Crédits : Ki-oon (Manga), Pony Canyon (Studio), Kazé/Art House (Animé)

Type :

Shonen

Genre :

Romance, drame, tranche de vie, école.

Auteurs :

Oima Yoshitoki (dessin et scénario)

Synopsis officiel :

Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule.

Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible.

Psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes… jusqu’au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l’intervention du directeur de l’école. À cet instant, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusque-là ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable…

Synopsis personnel :

Shoya Ishida est un jeune homme comme les autres. Leader de sa classe de collège, il va bon train, entre blagues et mauvais tours. Les autres élèves ne se lassent pas de le voir inventer de nouvelles choses pour faire le pitre. Et l’arrivée de Shoko Nishimiya ne va pas arranger les choses.

En effet… sourde et ne parlant que très peu par peur de son handicap, elle va devenir la bête noire de Shoya. Celui-ci va même lui casser un nombre incroyable d’appareils auditifs, lui dévaster son bureau de classe et jeter ses affaires dans les étangs de l’école… Mais s’en est trop. Les parents de Shoko ne vont pas laisser faire cela longtemps, et portent donc plainte en retirant la petite de l’école…

On retrouvera plus tard Shoya, qui – voulant s’excuser de ses méfaits passés et ayant perdu l’envie de vivre suite à une découverte qui va le marquer – va retrouver Shoko et lui présentera ses excuses avant de partir. Mais, rattrapé par son passé, il décidera de vivre malgré tout, embrassant son présent pour parfaire son futur… Et nous suivrons son évolution au cours des tomes…

Personnages :

  • Shoko Nishimiya : enfant sourde, elle est très timide et, dépitée par son handicap, se replie sur elle-même, ne faisant même plus l’effort d’essayer de parler aux autres ; au grand dam de sa mère qui pourtant l’exhorte à essayer de le faire… Cependant, difficile pour elle de surmonter sa peur et sa gêne. D’autant plus qu’elle change souvent d’établissement scolaire, ce qui ne l’aide pas à se créer un cercle amical et social. Pourtant, tout au long de l’aventure, son évolution sera forte et le chamboulement qui en résultera donnera une autre tournure à ce personnage.
  • Shoya Ishida : personnage principal et celui par qui tout démarre. C’est un jeune homme pour qui la seule amende honorable possible est de mettre fin à ses jours, pour effacer son ardoise, après avoir tant pesé sur la vie des autres. Seulement ce n’est pas aussi simple. On ne met pas fin à une dette en effaçant sa propre vie. Il en faut bien plus : paroles, gestes et actes. Un saint trio qu’il lui faudra travailler. Mais ce n’est pas tout… Il va falloir également qu’il apprenne à s’ouvrir aux autres, or il aurait préféré les ignorer d’emblée, qu’il les connaisse ou non d’avant. Et il va découvrir aussi que parfois les gens entrent d’eux-même dans le cercle intime des autres… Comment va-t-il gérer alors sa nouvelle maturité ? Et ses divers sentiments ?
  • Tomohiro Nagatsuka : le premier « ami » de Shoya. Grand fan de cinéma, qui se voue à la réalisation. Il saura canaliser celui-ci même s’il ne sera pas toujours facile à vivre. Rôle secondaire mais utile au développement de l’histoire, il ne prendra pas une place centrale dans l’intrigue, ce qu’il m’est regrettable selon les chapitres
  • Yuzuru Nishimiya : sœur cadette de Shoko et passionnée de photographie et… d’animaux morts. Passion qui donne (à raison!) un sacré bourdon à sa mère. Elle saura aider Shoko à mieux se canaliser. Etant très proche d’elle et de sa grand-mère, elle leur sera d’une aide précieuse.
  • D’anciens camarades de classe de Shoya et Shoko rejoindront le récit. Mais ils auront de sérieux griefs les uns envers les autres. Au fil des chapitres, toutes leurs relations, souvent tendues, évolueront nettement.

Évolution de l’histoire :

Le manga démarre très fort ! On enchaîne persécution sur persécution. Pas de temps mort. On poursuit ensuite sur la responsabilité que doit tenir Shoya dans celles-ci, avant de suivre l’évolution personnelle de notre personnage principal ! Celui-ci ignore carrément tout le monde autour de lui, allant même jusqu’à oublier leurs noms et visages ! Ces gens ne sont plus pour lui que des voix… Même les adultes ! Alors quels repères lui reste-t-il ?

C’est faute de repères qu’il en viendra à vendre chacune de ses affaires et fera alors son « amende » envers sa mère, lui léguant tout l’argent qu’il aura pu récolter. Partant alors chez Shoko pour lui demander de l’excuser, il la retrouvera, mais ne pourra mettre la suite de son plan (son suicide) à exécution à cause (ou grâce?) à Shoko. S’en suivront quelques petites histoires qui les feront retrouver des amis d’enfances… Et en connaître de nouveaux.

Tout au long de l’histoire, amitiés, amours, connaissances et crises rythmeront le récit. Des rebondissements et des retournements de situation s’enchaîneront pour tenir le lecteur en haleine…

Avis :

Il s’agit là d’une histoire où l’on peut tous se retrouver. Que ce soit le persécuteur ou le persécuté… voire même le simple spectateur de ce genre de manège. Ou encore son ignorant volontaire… Il y aura forcément un moment où vous vous direz « Qu’aurais-je fais ? » ou « Comment j’aurais réagi ? ». Il est impossible de rester impassible jusqu’au ¾ de l’histoire, sans avoir un petit pincement au cœur sur certain chapitre…

Mais on n’en reste pas là pour autant. On se pose aussi la question de la place que l’on tient dans notre environnement social. De nos responsabilités et nos chemins encore à tracer. Il n’en reste pas moins que l’on occupe tous une place et – comme le démontre ce manga – qu’il faut du temps et des gens autour de nous pour se la définir, se l’approprier. Déjà pour s’en rendre compte…

Mais d’autres situations encore nous font nous demander si nous voyons les choses de la bonne façon ou si nous ne pouvons les voir que d’un seul côté… Par exemple : Shoya était persuadé que, plus jeune, c’était le bureau scolaire de Shoko qui se faisait ravager tout les matins… Alors que c’était le sien ! Or Shoko le nettoyait… pas par pitié ! Mais par amitié, et alors qu’elle était le souffre douleur de Shoya… On se retrouve ici avec quelqu’un qui essaye de montrer à son bourreau que son acharnement ne sert à rien et qu’elle continuera malgré tout à sourire…

En lisant cette histoire, on se retrouve avec une histoire lourde de sens et de revendications dans les mains. Cependant, en la lisant d’un bout à l’autre… un léger goût de merde m’est resté en bouche, vers pour la fin surtout. La toute fin de l’histoire m’a laissé ce sentiment puissant d’inachevé et de bâclé que l’on connaît tant… Cependant, je ne vous dirai pas de ne pas lire ce manga. Loin de là. Passez outre cette fin… minable, et profitez de cette œuvre tout de même. Il faut savoir faire fi de ce défaut et se construire sa propre idée. Car ce qui est inachevé pour moi sera peut-être plus compréhensible pour vous ? Qui sait … ?

Mot de la fin :

Concernant l’auteur, il semblerait qu’il soit à ses débuts. On le connaît aujourd’hui pour « A silent voice » et pour « To your eternity ». Le dessin n’évolue pas au gré des tomes et reste le même. Il est très bien détaillé pour les villes et les décors en général. Le visage des personnages révèle bien leurs émotions et on ne ressent pas un certain sur-jeu que certains mangas peuvent nous montrer… Le propos s’attache beaucoup au côté humain, à tout instant… Et c’est bien. C’est bon même. Cela change de l’ordinaire…

  • Synopsis officiel : http://www.ki-oon.com/news/177-a-silent-voice-une-voix-s-eleve-chez-ki-oon.html
  • Streaming :
  • Achat du DVD : http://anime.kaze.fr/catalogue/silent_voice?utm_source=Kaze-Anime_Web&utm_medium=Habillage_Site&utm_term=Anime+DVD+BR+film+silent+voice&utm_content=Lancement&utm_campaign=silent_voice

Comments

commentaires

A propos de Ryu Shijou 15 Articles
Amateur de manga de tout style... Du Hentaï au Shojo pour jeune fille... Je ne me base pas sur un auteur ou un style pour lire... Mais sur le scénario avant tout. Grande base personnelle en tome lu et possédé, je parlerai des oeuvres avec un regard commun. Je ne suis pas un pro de la critique ni de l'analyse... Mais je resterai impartial !