YumYum Island : sauvetage aérien sur l’île des animaux !

Quel plaisir de vous présenter un tout nouveau venu sur le marché des jeux de société : « Space Cow« !

Mais vous me direz : « cela ressemble aux Space Cowboys« … et bien vous n’avez pas tort !
Space Cow est leur filiale, spécialisée dans les jeux pour enfants.

Concernant justement les jeux pour enfants – en tant que parent et joueur confirmé – je suis plutôt sceptique car ces jeux tournent toujours autour des mêmes activités (mémoire, collection, dextérité etc…) sans aucun apport didactique, sans aucun intérêt autre que l’aspect ludique du jeu.
Souvent aussi, l’âge indiqué ne correspond pas au degré de difficulté réel, et peu de jeux sont intéressants pour les moins de 8-10 ans.
Mais sur ces points, Space Cow a fait un carton plein avec son premier jeu : YumYum Island.

C’est l’histoire d’un géant, Ferdinand, qui ravage une île remplie d’animaux en dévorant toutes les provisions disponibles.
Or les animaux sur places sont rapidement affamés et ne doivent bientôt leur salut qu’à une unité de pélicans que vous incarnez, chargés de leur larguer des provisions.
Le but du jeu est donc de nourrir les animaux pour les sauver, avant que le géant ne mange tout.

La mécanique du jeu est d’une simplicité enfantine : déplacer des jetons d’une réserve « Tortue » directement dans la gueule des animaux.
La difficulté, et non des moindres (ce qui fait l’attrait du jeu), est que la manœuvre s’effectue les yeux bandés, avec ou sans l’aide de vos amis.

A ma connaissance, je ne connais aucun jeu de plateau utilisant ce principe, ce qui le rend très ludique et didactique.

En effet, les « opérations de largage » requièrent plusieurs savoir-faire spécifiques :
– de la motricité fine avec la manipulation des petites pièces ;
– de l’orientation dans l’espace ;
– de la coopération entre joueurs.

Nous pouvons bien sûr y ajouter une part de chance, ce qui rajoute un caractère aléatoire au jeu à deux moments de la partie :
– pendant le tir d’un dé, en début de tour, octroyant un bonus (aide d’autres joueurs ou sauvetage d’un animal) ou un malus (nourrir le géant ou interdiction de parler) ;
– pendant le largage des denrées qui peuvent, s’il y a rebond, tomber en dehors de la bouche de l’animal.

Nous retrouvons aussi les codes des grands jeux de société avec des caractéristiques spéciales (handicapantes ou avantageuses) pour chaque animal, s’activant une fois celui-ci sauvé.
Je n’en dis pas plus afin de vous garder une once de surprise au moment du déballage !

En ce qui concerne le matériel de jeu, j’adore le character design de celui-ci, entre le cartoonesque et le style manga.
La qualité des matériaux employés – l’utilisation de matières comme le bois et le carton plutôt que du plastique – sont autant de raisons qui font pencher la balance vers un jeu de qualité.

Quant à l’âge « 6+ » indiqué sur la boite, cette indication est modulable.
On comprend qu’elle n’est pas plus basse à cause des très petites pièces de bois avec lesquelles les tout-petits pourraient s’étouffer.

Pour autant, nous avons testé le jeu avec une assistante maternelle et nous pouvons affirmer que celui-ci peut être aisément utilisé par des moins de 6 ans. Cela pourrait même favoriser leur apprentissage des savoirs-faire détaillés précédemment.

Plus l’enfant jouera, plus il sera habile, plus il arrivera à se situer dans l’espace et plus il s’habituera à interagir avec les autres.
Que des points positifs pour son développement !

Pour plus de facilité avec les plus petits, je conseille d’effectuer un briefing en début de partie pour leur apprendre ou leur rappeler les directions et les familiariser avec les distances.
On peut également aménager la difficulté en réduisant le nombre d’animaux à sauver.
Je recommande pourtant que les adultes jouent avec leurs enfants sans forcement baisser le niveau de difficulté, et ce afin de les rassurer et de les aider durant leurs tours de jeu.

En résumé, que ce soit en termes de qualité de jeu, d’histoire, de jouabilité et d’innovation, YumYum Island est le jeu pour enfant de cette fin d’année (jusqu’au prochain titre de Space Cow …?!).

Comments

commentaires

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire