Un petit bijou indépendant : Undertale.

Quésaco?

Undertale est un jeu vidéo indépendant, sorti le 15 septembre 2015, sur la plateforme Steam pour Windows et OS X. Il a été produit et édité par Toby Fox, un jeune américain de 24 ans. Ce jeu n’est malheureusement disponible qu’en anglais et même avec un bon niveau, certains passages sont rendus incroyablement frustrants par l’usage de l’argot et du langage très familier auquel nous ne sommes pas habitués. Ne vous en faites pas, c’est tout de même un très bon jeu !

Bienvenue dans Undertale. Dans ce RPG, vous contrôlez un humain qui est tombé dans le monde souterrain des monstres. Vous devez trouver un moyen de vous échapper… Ou rester piégé ici pour toujours.

En résumé :

On raconte que, autrefois, une grande guerre a éclaté entre les humains et les monstres qui vivaient à la surface. Les êtres humains sont plus puissants que les monstres car se sont des êtres physiques et ils possèdent une âme. Les monstres, de leur côté, sont des êtres issu de la magie, ils ont une âme aussi mais elle s’avère moins puissante. Au terme de la guerre, les humains sortirent victorieux et condamnèrent les monstres à vivre dans les sous-sols pour toujours. Une barrière fut érigée pour les empêcher de revenir à la surface (Barrière qui vous permettrait de rentrer chez vous, car vous êtes humain, et donc, capable de la traverser sans problème.).

Attention ! Le monde souterrain est rempli de monstres oubliés par les êtres humains ! C’est pourquoi, vous, jeune humain étrangement silencieux, devez vous échapper le plus rapidement possible pour retourner à votre vie normale, en compagnie d’autres humains. La plupart des monstres voudront vous faire du mal car ils convoitent votre âme : ils veulent la dévorer pour devenir plus puissants et enfin peut-être s’échapper de cet endroit. Certains monstres vous viendront en aide ou, au contraire, vous mettront des bâtons dans les roues. Notamment, Flowey qui vous inculquera les bases du combat et Toriel qui vous montrera comment déjouer les pièges des Ruines.

papyrus
La rencontre mémorable avec Papyrus et Sans…

Votre personnage : Le personnage principal du jeu, un enfant androgyne qui sera selon vos choix un tueur ou un héros.

Toriel : Un genre de chèvre très maternelle et protectrice à l’égard du joueur, gardienne des ruines et qui s’occupent du tutoriel des puzzles dans le jeu.

Asgore :  Le (terrible ?) roi du monde souterrain.

Flowey : Une fleur jaune vivante maléfique qui juge les actions du joueur. Elle s’occupe du tutoriel de combat.

Sans : Un squelette très sympa et drôle.

Papyrus : Le frère de Sans, un autre squelette, naïf et excentrique qui veut capturer un humain pour devenir membre de la garde royale.

Undyne : Chef de la garde royale, Undyne déteste les humains.

Onion-san : Onion-san est un monstre aquatique qui ressemble à un oignon et qui réside dans la région de Waterfall. Elle a vraiment des expressions dignes de personnages d’animé.

Les Temmies : Les Temmies sont une espèce de chien/chat avec des cheveux. Ils ont du mal à parler et à sortir des phrases correctes.

Mad Dummy : Mad Dummy est un ennemi que vous rencontrez dans la décharge de Waterfall. Il est, comme son nom l’indique, complètement dingue !

Dr. Alphys : Une scientifique dinosaure, grande amatrice d’anime et inventrice de Mettaton. Asgore l’a nommée scientifique royale.

Mettaton : Un robot-tueur, animateur de télévision, mégalomane, construit par le Dr. Alphys.

Muffet : La « reine » des araignées des Souterrains, amatrice de thé, de Spider Donuts et de croissants. Ses bonnes manières cachent une personnalité assez vile.

Votre personnage aura donc le choix d’épargner ou de combattre tout ce petit monde pour s’échapper vers la surface.

Gameplay :

Le système de combat d’Undertale est à la fois relativement classique du RPG et très original : je m’explique. Le joueur se promène sur la carte et déclenche des combats de façon aléatoire ; certains combats sont provoqué par des cinématiques, classique, me direz-vous. Les combats se font au tour par tour mais c’est dans les phases de combat que l’originalité émerge : un combat se découpe en deux phases, une phase d’attaque et une phase de défense.

combat1
La phase d’attaque consiste à viser le centre de la cible pour infliger le maximum de dégâts. Vous utilisez alors la commande FIGHT.
combat2
La phase de défense permet au joueur de se prémunir contre les dégâts que les monstres veulent lui infliger.

Le cœur représente votre « âme » et si les attaques touchent votre cœur, vous perdez de la santé. À vous de les éviter en bougeant et esquivant tant bien que mal à l’aide des touches directionnelles ! C’est assez sympathique comme système de jeu : un mini-jeu dans le jeu. Cependant, comme vous le voyez sur les deux images au-dessus, résoudre le combat peut se faire de façon différente ! Vous n’êtes pas obligé de massacrer tous les monstres sur votre chemin. La commande ACT vous permet de choisir plusieurs options comme discuter, caresser, danser, flirter…ect.

Pourquoi utiliser la commande ACT ? Parce qu’elle vous donne l’occasion de désamorcer le combat, et une fois le nom du monstre apparu en jaune, de l’épargner. Les ITEM vous permettront de vous soigner pendant un combat, et hors-combat, vous pourrez aussi changer d’équipement grâce à cette commande. Pour se procurer des ITEMS, rien de plus simple : vous pourrez les acheter en parlant à des monstres ou les récupérer dans des coffres, là encore classique. Enfin, la commande MERCY vous donnera l’opportunité de fuir un combat ou d’épargner un monstre que vous aimez bien. Avec ça normalement, même sans trop comprendre l’anglais, vous avez saisi les bases du jeu. ^^

Bien sûr, vous serez amené à être confronté à l’autre partie du jeu, c’est-à-dire à la résolution de puzzles et autres pièges dangereux pour la santé de votre personnage. Le niveau des puzzles est très variable, certains sont assez difficiles, d’autres vraiment simples. Le tout étant agréable et laissant au joueur la liberté d’explorer les divers niveaux à son rythme tout en ne restant pas coincé des heures devant une énigme insolvable. Comptez entre huit et neuf heures de jeu !

Design & esthétique :

Ne fuyez pas devant l’esthétique, au risque de rater un très bon jeu !

Alors oui, je sais,il n’est pas très joli, c’est sûr que ça change des graphismes auxquels nous sommes habitués. Mais ne vous arrêtez pas à ça – s’il vous plaît ! – parce que ce jeu a vraiment un charme une fois qu’on est dedans. C’est du graphisme style 8 bits, très old school et pas très joli mais on se surprend à l’apprécier passé les premières minutes de jeu.

En ce qui concerne l’esthétique des niveaux, on retrouve des niveaux à « thèmes » par exemple : l’eau, les ruines, la neige… Avec des idées très sympathiques, en terme de mise en place des objets et des zones d’actions dans le jeu que je vous laisse découvrir. On s’amuse bien à explorer les niveaux pour découvrir une énigme ou une salle secrète.

Les personnages sont tous incroyablement attachants, chacun d’une façon propre et originale. Ils ont chacun une personnalité parfois complexe et, d’autres fois, très simple mais toujours très juste. Toriel, par exemple, souhaite protéger le joueur et le garder avec elle pour qu’ils soient heureux tous les deux. Quoi de plus noble et gentil ? Son aspect extérieur fait aussi très sage et rassurant.

view
Des très bonnes idées de scène, comme celle-ci, où l’on peut apercevoir notre héros en compagnie d’un monstre, qui contemplent au loin le château de Asgore, le roi des monstres.

Les dialogues, souvent amusants, sont presque omniprésents et très bien écrits. La narration ne gêne jamais, tout en apportant des informations au joueur qui se retrouve plongé dans un univers qu’il connaît mal : un point commun avec notre personnage.

Enfin, la musique est merveilleusement bien réalisée, ne rompant jamais la magie d’une scène, ni même d’un niveau sans pour autant lasser le joueur. Sa présence ou son absence permet de ressentir toute l’importance d’une scène et des conséquences de vos actions.

Et personnellement ?

garbage
« Après avoir bien mangé, j’aime m’allonger sur le sol comme un déchet… » Inutile de vous dire que j’ai eu un coup de cœur pour ce jeu, si ? ^^

C’est vrai que, sur le coup, les graphismes m’ont fait un peu peur mais finalement j’ai beaucoup accroché à l’univers et au système de jeu très simple. Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est le travail autour du gameplay : le joueur se retrouve avec un minimum d’explicationd et c’est à lui de chercher et de trouver par lui-même les commandes du jeu et les effets que cela peut avoir. Après quelques expériences, on finit par décider quel attitude adopter envers les monstres, pacifiste ou grégaire.

J’ai beaucoup aimé l’humour aussi, ce jeu est réellement marrant notamment grâce à Sans et son frère Papyrus qui sont complètement déjantés. Ils sortent des blagues et c’est tellement bien mis en scène qu’on finit par rire. On constate rapidement que les personnages ont une « voix » et une police d’écriture propre, qui reflètent leur caractère et leur émotion. Je suis totalement fan de Onion-san et de Monster kid : ils sont vraiment adorables, tous les deux. Je me suis beaucoup amusée à explorer les niveaux su,rtout celui de la neige qui est de loin mon préféré à cause de l’ambiance et des péripéties idiotes avec les deux squelettes.

On pourrait considérer que le jeu est trop manichéen, pour autant mes décisions ont impacté l’univers des monstres et parfois il ne semblait pas y avoir une meilleure réponse qu’une autre.

J’espère vraiment que vous vous laisserez tenter par ce jeu, parce qu’il mérite d’être connu et reconnu. =D

sans
« Uhhhh, ça suffit. Petit? Tu peux prendre mon burger… »

Comments

commentaires