MANHOLE, autopsie by Akiko

Sorti en 2006 en France, Manhole est un très court manga (3 tomes !) qui nous relate une enquête policière sordide se déroulant à la faveur de l’hiver…

·  Titre original : マンホール (Manhōru)
·  Origine : Japon – 2005
·  Année VF : 2006
·  Type : seinen
·  Genres : action – horreur – thriller
·  Auteur : Tsutsui Tetsuya
·  Dessinateur : Tsutsui Tetsuya
·  Éditeur VO : Square Enix
·  Éditeur VF : Ki-oon (Ki-oon – Seinen)
·  Pré-publié dans : Young Gangan
·  Nombre de volumes VO / VF : 3 (série terminée, 7,65 € pièce)

Synopsis :

Manhole est un thriller biologique.
L’histoire commence alors qu’un homme nu déambule avec une démarche inquiétante dans une rue marchande de la ville de Sasahara. Or, nous sommes en hiver… Il percute rapidement un jeune homme qui marchait, jusque-là obnubilé par son téléphone :

Lien social en construction…


Ce dernier le repousse alors violemment et le tue…

On découvre par la suite que le mystérieux homme nu sortait d’un égout et qu’il était porteur d’un parasite larvaire : un filaire. Les autorités craignent bientôt une contamination de grande envergure. Mais derrière cette épidémie potentielle se cache en fait une machination bien plus sournoise…

Trois policiers : l’ancien, Takimoto SHÛICHI, le briscard, Ken MIZOGUCHI et la bleue, Inoue NAO, sont chargés de mener cette enquête.

Avec un titre pareil, on en aura des endroits lugubres à visiter.

Le positif :

Je me suis lancée dans cette histoire sur la base de la couverture et des quelques images gores et bien détaillées que j’ai découvertes en le feuilletant au préalable. Les thrillers font partie de mes sucreries préférées – j’y reviendrai – et il me tardait d’en découvrir un en images.

J’avais déjà lu deux – trois romans policiers japonais et je les trouvais assez méthodiques, bien orchestrés dans l’enchaînement des péripéties… Autant dire qu’ici, la qualité du trait, fin et parfois même clinique de Tetsuya TSUTSUI, rend parfaitement justice à cette enquête hivernale. Les contrastes sont marqués à bon escient, le tracé se veut parfois cru, sale, mais jamais inutilement. Un réel plaisir de lecture, l’agencement des cases est soigné.

Le récit est également bien conçu, et l’auteur s’amuse à malmener ses protagonistes. Quand les policiers pensent avoir l’avantage, il y a toujours un grain de sable quelque part pour faire monter la pression. Ce thriller tient ses promesses en terme de suspens, il y a pas mal de rebondissements.

A souligner, le comportement des policiers est réaliste : comment réagirait les simples agents du poste de police du coin s’ils se trouvaient mêlés à un attentat biologique ? Tout ne serait pas parfait, et c’est bien ce que l’auteur nous propose. Pas d’Horacio CAINE ici, et c’est tant mieux !

M. MIZOGUCHI, le fameux homme aux sucettes à la fraise, et Inoue, l’éternelle désignée d’office…

Les personnages sont peu détaillés (le format ne le permet pas) mais les deux principaux enquêteurs, si différents d’aspect et d’attitude, attirent facilement la sympathie du lecteur.

Le dernier bon côté de ce manga, c’est son format court, donc économique. Il offre un bon divertissement pour son prix, le dessin est de qualité, l’histoire n’est pas stupide. Bref, il en vaut la peine.

Il y a un mais :

Le contre-coup du format réduit de cette œuvre, c’est justement le manque d’espace pour creuser, et les personnes, et l’enchaînement des événements.
On aimerait en savoir plus sur nos trois enquêteurs, mais le suspens de l’enquête n’en offre pas le temps ! De même, pour relancer l’enquête, l’auteur sort parfois une anecdote opportune, un détail de la part d’un personnage secondaire, et la piste devient alors flagrante à suivre pour nos enquêteurs.

Et puis, ce plan machiavélique derrière ces hommes, sortant des égouts… justement, il a un côté too much. Autant la motivation des méchants peut paraitre un peu exagérée mais résolue, tranchée, autant les moyens à leur disposition le sont carrément ! Sans parler d’une part de chance évidente. Ce n’est pas totalement farfelu, mais il y a de quoi se poser la question sur la peine nécessaire à tout mettre ainsi en œuvre, et le résultat obtenu. On se consolera en se disant que ce n’est pas à la portée de n’importe quels malfrats et que c’est l’achèvement d’une longue préparation… Je suis restée dubitative malgré tout… Mais c’est parce que j’adore les thrillers !

En définitive, un bon divertissement, facile d’accès, superbement illustré… mais peut-être un peu trop court pour livrer une enquête d’un tel enjeu.

Comments

commentaires