Les critiques de SandRock : Parasite

Parasite est une série de Hitoshi Iwaaki, ayant débuté en Juillet 1990, à Mars 1995 par l’éditeur Kodansha dans le magazine Afternoon. Il fut édité en France par Glénat en 2002 en dix tomes. Ce titre connut une adaptation en vingt-quatre épisodes diffusés en 2014, en simulcast sur Crunchyroll et en physique chez Black Box Edition. Puis, il a eu droit à une adaptation en film live en deux parties entre 2014 et 2015.

Parasite © Hitoshi Iwaaki / Kodansha – Glénat

Shin’Ichi Izumi est un lycéen tout à fait banal, jusqu’à ce qu’une « rencontre du troisième type » bouleverse sa vie, un soir de printemps… Alors que la vie sur Terre suit son cours normal (ou anormal, ce n’est qu’une question de point de vue…), de mystérieux parasites débarquent aux quatre coins du Japon (ou du globe?)… Leur but? « Voler » le cerveau du premier humain qu’ils rencontrent pour en prendre le contrôle… C’est ce qui devait arriver à ce pauvre Izumi… Heureusement pour ce dernier, les choses ne se vont pas se passer comme prévu, car le parasite, qu’il nommera plus tard « Migy », va se loger dans son bars droit!!
C’est ainsi que deux consciences vont devoir cohabiter au sein d’un même corps: celle de Shin’Ichi et d’un extra-terrestre aussi drôle que dangereux! Très vite, notre tandem se rendra compte de l’existence des autres parasites et de leur danger pour l’humanité…

  • Titre : Parasite
  • Genre : Seinen
  • Catégories :  Suspense, Fantastique
  • Public  : Public averti
  • Dessinateur : Hitoshi Iwaaki
  • Scénariste : Hitoshi Iwaaki
  • Date de parution japonaise : 1990
  • Date de parution française : 2002
  • Statut : Terminé
  • Nombre de tome total : 10
Avis

En 2018, quand on cite le nom de Parasite, toute de suite, on désigne son adaptation en animé sortie en 2014. Curieusement, personne ne semble mettre en avant le support originel : le manga. Ça sera chose faite, rendons à César ce qui appartient à César.

Avant de vous donner mon avis sur le manga, j’ai découvert ce titre via l’animé, dont je donnerai mon avis un peu plus tard. Donc, c’est par curiosité, que je me suis penché sur le manga et c’est chose faite. On constate qu’une adaptation en animé ne rend pas forcément justice au support originel.

Le manga se démarque par la profondeur de son scénario. Hitoshi Iwaaki nous gratifie d’une intrigue très captivante et à plusieurs lectures selon le degré de compréhension du lecteur ou de la lectrice  :

    • Une lecture dite classique voir très shonen : Un lycéen, qui se retrouve “parasité”, qui devra se battre contre d’autres “parasités” mangeant des hommes.
    • Une lecture très sociologique: l’auteur s’intéresse au comportement de l’homme face à l’arrivée d’une nouvelle espèce et en abordant une multitude de thématiques: l’amour, les problèmes adolescents, la peur des hommes face à l’inconnu, la tolérance… Contre tout attente, certains « parasités » cherchent un consensus pour permettre aux deux espèces de cohabiter.
  • Une lecture comme un “J’accuse” contre l’espèce Humaine envers l’environnement : la mystérieuse citation, “Au-dessus de la Terre, quelqu’un songeait: Si la moitié de l’humanité venait à disparaître, combien de forêts pourraient être sauvées? Si 99% de la population venait à disparaître, les rejets de pollution diminueraient-ils de 99%? Si l’on protégeait la vie… » suivi de l’arrivée des parasites sur Terre en est peut-être un indice. Son interprétation suggère que ces êtres sont en quelque sorte le remède contre ce cancer qu’est l’Homme suite aux prières de la Terre.

Même si cette oeuvre est sortie en France, il y a quatorze ans de cela, elle reste malheureusement encore d’actualité, et permet de se poser cette question : ne sommes-nous pas en quelque sorte nous-mêmes des parasites pour cette planète ? Un parasite rendant le corps de la Terre malade à un point où ne sommes-nous pas devenus un cancer incurable. Tous ces catastrophes naturelles ne sont-elles pas des mécanismes d’auto-défense de cette dernière. 

Ceci dit, cette interprétation m’a fait penser à une réplique de l’Agent Smith dans Matrix : « Je souhaiterais vous faire part d’une révélation surprenante, j’ai longtemps observé les humains, et ce qui m’est apparu quand j’ai tenté de qualifier votre espèce, c’est que vous n’étiez pas réellement des mammifères… Tous les mammifères sur cette planète ont contribué au développement naturel d’un équilibre avec le reste de leur environnement, mais vous les humains vous êtes différents. Vous vous installez quelque part, et vous vous multipliez, vous vous multipliez, jusqu’à ce que toute vos ressources naturelles soit épuisées, et votre espoir de réussir à survivre, c’est de vous déplacer jusqu’à un autre endroit… Il y a d’autres organismes sur cette planète qui ont adopté cette méthode, vous savez lesquels ?… Les virus. Les humains sont une maladie contagieuse, le cancer de cette planète, vous êtes la peste et nous, nous somme l’antidote . »

Pour rendre vivant ce récit captivant, Hitoshi Iwaaki nous gratifie d’illustrations très conventionnelles. Son travail donne tout son sens pour mettre en valeur le côté tripes sanguinolentes et d’hémoglobine de l’oeuvre. Les Parasites ne sont pas là pour faire du tourisme. L’auteur met le paquet pour nous faire découvrir ces séquences, à grand renfort d’effets horrifiques et d’hémoglobine. Je me demande si ce dernier ne s’est pas inspiré d’un célèbre monstre du cinéma pour donner naissance à ces parasites et à leur férocité.

Parasite © Hitoshi Iwaaki / Kodansha – Glénat
Parasite © Hitoshi Iwaaki / Kodansha – Glénat

Comme vous le savez, le manga a eu droit à un animé en octobre 2014, produit par le studio Madhouse en vingt-quatre épisodes en simulcast sur Crunchyroll et sorti en support physique chez Black Box Edition.

Parasite © MadHouse – Black Box Edition et Crunchyroll

Personnellement, j’ai trouvé cette adaptation très très moyen :

    • Le studio n’a pas su reproduire le côté rétro du manga contrairement à Mappa avec Ushio To Tora. De plus, le manga s’est terminé en 1994, au Japon. Il a eu finalement une adaptation en animé quasiment vingt ans plus tard. Le manga est arrivé dix ans plus tard en 2003 chez nous. Alors que les studios japonais avaient largement le temps d’en faire des adaptations.
    • Personnellement, je ne trouve pas le format très approprié surtout pour adapter dix tomes donnant un rythme très lent et fort ennuyeux. Je penses que si ce dernier était sorti dans les années 90 voire 2000 et dans un autre format, mon avis serait différent.
  • Contrairement au Shin’Ichi du manga, un lycéen normal avec une vie banale d’ado moyen, ils ont voulu rendre ce personnage avec une trajectoire plus shonen un premier de classe à lunettes en apparence souffre-douleur et mal-aimé, qui grâce à Migy parvient à prendre confiance en lui et accessoirement en beau gosse avec une force surhumaine.

Pour conclure, si vous devez découvrir cette licence, je vous conseille le manga étant largement au-dessus de l’adaptation animée. Surtout que l’éditeur a eu la très bonne idée de réimprimer les volumes.

Liens Utiles

Anime Store : Collector

Crunchyroll : Ici

Dossier sur Parasite : Manga – News

Bonne lecture.

Source : Ici

Comments

commentaires