Les critiques de SandRock : Judo Boy

À la base, Kurenai Sanshiro alias Judo Boy est un manga scénarisé par Tatsuo YOSHIDA et Ippei KURI (dont le vrai nom est Toyoharu YOSHIDA), illustré par Ippei KURI datant de 1968, et pré-publié dans le Shônen Sunday. Il fut publié en 2014, chez Isan MangaFrères dans la vie, Toyoharu et Tatsuo fondent avec l’aide de leur autre frère Kenji en 1962, le Studio Tatsunoko Production ( La Bataille des Planètes, Shurato, Les Samouraïs Pizza Cats,…). En 1977, Tatsuo YOSHIDA mourut d’un cancer du foie à 45 ans. Dans cet article, on s’attardera sur l’adaptation animé de Kurenaï Sanshiro connu en France, sous le nom de Judo Boy.

Judo Boy © Studio Tatsunoko Production – Déclic Image

Staff

  • Studios d’animation : Tatsunoko, Fuji TV
  • Réalisateur : Jinzo Toriumi
  • Scénaristes :Haruya Yamazaki, Yoshitake Suzuki, Sumiko Hayashi, Osamu Jinno, Jinzo Toriumi, Tatsuo YOSHIDA et Ippei KURI (auteurs du manga)
  • Chara-Design : Ippei Kuri, Tatsuo Yoshida
  • Musique : Nobuyoshi Koshibe
  • Nombre d’épisode : 26
  • Durée d’un épisode : 25 min
  • Année de production : 1969
  • 1er diffusion en France : 30 janvier 1985 (Antenne 2 – Hors émission) puis 1985 (Antenne 2 – Récré A2 Matin)
  • Licencié en France : Déclic Image

Intro et générique

Opening japonais 01

Opening japonais 02

Verdict

Même si la vengeance est le fil conducteur de l’intrigue, Judo Boy nous emmène dans un voyage dans le monde entier à la recherche du meurtrier de son défunt père qui est borgne. À chaque étape de son voyage, il défend la veuve et l’orphelin contre les cruautés des hommes et de la vie. Le scénario, l’ambiance, les ennemis,… changent à chaque épisode pour éviter une certaine lassitude du téléspectateur et de la téléspectatrice.

Il ne faut pas juger un lire par sa couverture. Cette expression scie bien à cet animé. Malgré son apparence, ce dernier est très mature et assez violent surtout pour un titre de cette époque. Judo Boy rencontrera dans son périple beaucoup de personnages attachants au destin tragique. Certains le paieront au prix fort surtout de façon très cruelle notamment dans la gente féminine, même si à la fin, les méchants sont toujours punis. Que ce soit en version française soit en version sous-titré, on passe un agréable moment.

Judo Boy © Studio Tatsunoko Production – Déclic Image
Judo Boy © Studio Tatsunoko Production – Déclic Image
Judo Boy © Studio Tatsunoko Production – Déclic Image

Cependant, l’animé accuse son âge, normal, vu que ce dernier aura 50 ans en 2019.

Beaucoup ont entendu parler de Judo Boy via la parodie d’un célèbre Youtubeur en l’occurrence le Joueur du Grenier. Notez au passage, qu’on apprend dans la version française que « Judo Boy » est le surnom que donne le jeune Ken lors de sa rencontre à notre héros, qu’il utilisera pour se présenter, afin de ne pas dévoiler sa véritable identité tout au long des vingt-six épisodes. L’animé est arrivé très tardivement en France, pour être précis en janvier 1985, dans l’émission Récré A2. Au final, ce fut une agréable surprise que de découvrir ce vieux animé. Je la conseille aux vieux nostalgiques et fans d’animés rétros.

Je vous conseille aussi le manga disponible chez Isan Manga. À part deux voire trois passages qu’on retrouve dans l’animé avec quelques différences, il offre une autre « version ».

Judo Boy © Shônen Sunday – Isan Manga
Judo Boy © Shônen Sunday – Isan Manga
Judo Boy © Shônen Sunday – Isan Manga

Liens utiles

Dossier sur Ippei Kuri, co-fondateur de Tatsunoko Productions : Manga – News

Anime Store : DVD

Bonne lecture

Source : Ici

Comments

commentaires