Le JLPT

 

Avis à tous ceux et celles qui veulent éventuellement travailler un jour au Japon, ou y effectuer un échange universitaire, des working holidays etc… Vous allez devoir prouver votre niveau de maîtrise de la langue japonaise. Les entreprises au Japon demandent souvent aux candidats étrangers d’avoir le niveau N2 ou N1 du Japanese Level Proficiency Test (JLPT).

Mais qu’est-ce que c’est que cette chose ?

 

Le JLPT, c’est un concours international organisé par la Fondation du Japon depuis 1984 (lien vers le site officiel du JLPT). Il se décompose en cinq niveaux, le N5 étant le niveau le plus facile et le N1 pouvant poser des problèmes aux japonais eux-mêmes. Depuis 2010, une nouvelle version du JLPT est soumise aux candidats.

C’est le concours reconnu par l’ensemble du Japon pour l’évaluation du niveau de japonais pour les personnes dont le japonais n’est pas la langue maternelle.

 


 

Ce concours se présente sous la forme de QCM : une feuille de réponse et un livret de sujet sont remis aux candidats lors de l’examen. Les candidats doivent griser les cases correspondant aux réponses justes.

Pour tous les niveaux, l’examen se compose de trois parties :

  • Une partie grammaire et vocabulaire : dans cette partie, il faudra pouvoir donner la lecture d’un ou plusieurs kanji, trouver le kanji adéquat à partir de la lecture, placer le mot adéquat dans une phrase à trou, placer des mots dans le bon ordre dans une phrase à trous, placer la bonne formule grammaticale dans une phrase à trou etc…. C’est du bête et méchant, si on a la réponse, c’est facile, si on l’a pas, c’est l’enfer. Notez que la partie grammaire est plus poussée dans les niveaux 5, 4 et 3 du JLPT : ce sont les niveaux les plus faciles, mais sont plus exigeants au niveau de la grammaire. À partir du N2, la grammaire est jugée comme étant déjà acquise par les candidats, et est donc moins mise en avant que le vocabulaire.

 

  • Une partie compréhension de texte : il s’agit de textes plus ou moins longs et complexes selon le niveau d’examen. Le candidat doit les lires et répondre à des questions sur ces textes. Comme cette partie est à la fin de la partie grammaire, les candidats manquent de temps pour bien y répondre.

 

Note : Pour les niveaux N5, 4 et 3, la partie vocabulaire est séparée des parties grammaire et lecture par une courte pause. Pour le N2 et N1, ces trois éléments sont passés en une seule session.

 

  • Une partie compréhension orale : après une pause, les candidats écoutent un document enregistré, avec des dialogues en situation. Les situations et les protagonistes des dialogues sont présentés au début de chaque dialogue. Chaque dialogue est l’objet d’une question, posée soit avant, soit après le dialogue selon l’exercice. Pour les premiers exercices, les réponses sont proposées sur le livret d’examen, mais pour les derniers exercices, elles sont énumérées à l’oral, ce qui nécessite la prise de notes.

 

Selon le niveau, l’examen est plus ou moins long : pour le N5, l’ensemble des trois parties (avec pauses) prend 115 minutes, pour le N4 125 minutes, pour le N3 140 minutes, pour le N2 155 minutes et pour le N1 170 minutes.

 


 

Et en parlant des niveaux, autant les détailler un peu :

Le N5 et N4 sont les niveaux les plus bas, qui servent à évaluer la maîtrise des bases scolaires du japonais. À titre d’exemple, j’ai passé le N4 à la fin de ma licence 3 en japonais dans le but de faire un an d’études au Japon. Après cette année au Japon, j’ai tenté le N2 (résultats en février !).

Le N2 et N1 évaluent la maîtrise de la langue japonaise dans un cadre courant / professionnel. Le N3 sert de palier entre la dimension scolaire des N5/N4 et la dimension courante du N2/N1.

 

Pour vous donner une idée, voilà les objectifs que visent chacun des niveaux. Notez que pour la liste des kanji, du vocabulaire et des points de grammaire, j’ai mis des approximations : selon les sites et les livres consultés, ces listes changent pour un même niveau ! Les listes officielles ne sont pas disponibles gratuitement.

 

Objectifs du N5 :

  • Connaître 100 kanji
  • Environ 800 mots de vocabulaire
  • Une quarantaine de points de grammaire (les particules !!)
  • La capacité de lire et comprendre des phrases simples écrites en katakana, hiragana et kanji
  • La capacité de comprendre des situations simples, souvent rencontrées en classe ou dans la vie de tous les jours dans une conversation. Le rythme de parole sera lent.

 

Objectifs du N4 :

  • Connaître 300 kanji (ceux du N5 + nouveaux du N4)
  • Environ 1500 mots de vocabulaire
  • Environ 100 points de grammaire (N5+N4)
  • La capacité de lire et comprendre des textes traitants de sujets quotidiens avec un vocabulaire et des kanji de la vie courante
  • La capacité de suivre des conversations et de pouvoir retranscrire leurs contenus. Le rythme de parole est lent.

 

Objectifs du N3 :

  • Connaître 650 kanji (ceux du N4 + nouveaux du N3)
  • Environ 3750 mots de vocabulaire
  • Environ 170 points de grammaire (N4+N3)
  • La capacité de lire et comprendre des textes spécifiques traitant de sujets quotidiens.
  • La capacité de comprendre et résumer les informations contenues dans des journaux.
  • La capacité de lire des contenus un peu plus complexes.
  • La capacité d’écouter et comprendre es conversations à un rythme de parole presque naturel.

 

Objectifs du N2 :

  • Kanji 1000 (N3 + N2)
  • Environ 6000 mots de vocabulaire
  • Environ 240 points de grammaire (N3 + N2)
  • La capacité de comprendre des textes avec des sujets variés, comme des commentaires, des critiques et des articles de journaux et magazines.
  • La capacité de comprendre le message d’un auteur.
  • La capacité de comprendre des conversations, des bulletins d’information dans des situations variées et proche d’un rythme de parole naturel. La relation entre les personnes et la situation doit être comprise.

 

Objectifs du N1 :

  • Kanji 2000 (N2 + N1)
  • Plus de 10 000 mots de vocabulaire
  • Environ 310 points de grammaire (N2 + N1)
  • La capacité de lire et comprendre des textes complexes sur des sujets variés ainsi que des textes abstraits (littérature, critiques, articles complexes…), ainsi que de comprendre le message de l’auteur.
  • La capacité de comprendre des conversations complexes, des bulletins d’information, des cours à un rythme de parole naturel et sur des sujets variés. Des détails comme la relation entre les personnes, la structure logique et les points essentiels de la conversation doivent être compris.

 

Bon, dit comme ça, ça fait franchement peur. Surtout quand on voit la liste de kanji et de vocabulaire.

 

Mais gardez en tête l’objectif ! Le Japon ! Par exemple, le JLPT 1 offre 15 points au « Point-based Preferential Immigration Treatment System for Highly Skilled Foreign Professionals. » attribués par le Gouvernement. Des personnes ayant un total de 70 points ou plus seront prioritaires pour l’immigration. Donc si vous voulez vraiment vivre au Japon, il est nécessaire de passer le JLPT.

Plus d’informations ici.

 


 

Au Japon, il y a deux sessions du JLPT : une en juillet et une en décembre.

A noter : une session est à la même date pour le monde entier. Les fuites des sujets sont prises très au sérieux et faire fuiter les sujets sera sanctionné par l’invalidation pure et simple de votre test.

 

En France, il n’y a que la session de décembre, et quatre universités qui proposent de passer le test :

À  Lyon

À Paris

À Strasbourg 

À Bordeaux 

Les inscriptions se font généralement pendant le mois de septembre. Je vous mets en lien un exemplaire de la fiche d’inscription, ainsi que le guide expliquant comment la remplir. (source : session 2016 du centre d’examen du JLPT de Strasbourg )

Exemplaire de fiche d’inscription.

Guide des inscriptions.

Bien sûr, ce n’est pas gratuit ! Comptez 70€ pour les N5,4 et 3 et 80€ pour les N2 et N1.

 


 

Pour finir, quelques références pour réviser son JLPT. C’est ce que j’ai utilisé pour mes révisions, donc ce n’est pas une liste complète, et le mieux pour réviser est d’aller au Japon ; mais c’est déjà un début.  La plupart des livres sont soit entièrement en japonais, soit en anglais/ chinois/coréen/japonais.

Déjà, les livres recommandés par la fondation du Japon

Les livres que j’ai utilisé pour les kanji du N2 et du N1 :

Dans cette collection, vous pouvez aussi avoir les versions avec des listes de 2000 mots de vocabulaire.

Les livres que je vous ai recommandé dans cet article (surtout pour les N4 et N5 !).

La collection de ce livre .

 

La chaîne Youtube Nihongonomori, une chaîne faite par des japonais qui couvre une large partie des points de grammaire pour chaque niveau du JLPT, et propose des exercices types pour chaque niveau et chaque catégorie ! Les cours (pour le N2 en tout cas) sont entièrement en japonais, mais facile à comprendre !

 


 

Si vous comptez passer le JLPT, prenez-y vous bien à l’avance pour vos révisions. Ne sous-estimez pas les parties vocabulaire et compréhension : il vous sera plus utile de lire une fois ou deux votre grammaire, puis de lire plein de textes que de bûcher sans relâche la grammaire et les kanji !

がんばって!!

Comments

commentaires