Interview avec Akio Watanabe (Bakemonogatari, Grisaia no Rakuen, Kizumonogatari)

À l’occasion de la convention Connichi à Kassel, en Allemagne, nous avons pu interviewer Monsieur Akio Watanabe, lors d’une table ronde en compagnie de nos collègues de chez manganimation.net.

kizumonogatari

Akio Watanabe, aussi connu sous le pseudonyme de Poyoyon♥Rock est un animateur, Character Designer, directeur d’animation et illustrateur ayant travaillé sur beaucoup de jeux vidéo et séries d’animation. Il est surtout reconnu pour son travail sur la série des Monogatari. Sa popularité explosa en 2009, avec le succès de Bakemonogatari. Actuellement, Monsieur Watanabe travaille sur le plus récent ajout à la série des Monogatari, Kizumonogatari : une série de trois films distribués en France par Wakanim et @Anime.

Est-ce que vous procédez de la même manière  quand vous créez un design pour un jeu vidéo et quand vous créez un design pour un anime ?

Akio Watanabe : Pas du tout, quand je crée un design pour un anime, je fais en sorte qu’il soit le plus facile à dessiner pour les autres, le plus facile à animer. Quand il s’agit d’un jeu vidéo, c’est moi qui fais tout donc je dessine les personnages comme je le veux.

Pouvez-vous nous parler de vos rapports avec Akiyuki Shinbo ?

AW : Je ne sais pas trop ce que monsieur Shinbo pense de moi mais d’après ce que j’ai entendu dire, il apprécie beaucoup mes designs. Les designs que je fais pour les jeux vidéo sont quelque chose qu’il n’a jamais vu dans les anime et c’est pour cette raison qu’il fait appel à moi.

La première fois que nous avons travaillé ensemble était sur Soreyuke ! Uchuu Senkan Yamamoto Yohko et l’héroïne de cette série adore les jeux vidéo. Je l’ai du coup designée comme j’aurais designé un personnage de jeu vidéo.

Monsieur Shinbo a tendance à travailler sur beaucoup de projets à la fois, comment se passe le travaille avec lui ?

AW : Vous voulez savoir si c’est difficile de travailler avec Monsieur Shinbo ?

Exactement *rires*

AW : Il s’occupe de beaucoup de choses mais il ne fait pas les storyboards ! En fait, il travaille sur beaucoup de projets mais il fait peu de choses sur chaque projet ! *rires*

C’est le secret pour avoir beaucoup de travail !

AW : Tout à fait ! Mais il est aussi quelqu’un de très honnête, il ne va pas dire qu’il travaille sur un projet alors qu’il ne travaille pas dessus.

Il est plus du genre à dire « faites ça, ça et ça pendant que moi je m’occupe de ceci et cela » ?

AW : Exactement. Quand vous rencontrerez Monsieur Shinbo, parlez-lui de son travail car il ne parle que de ce qu’il a fait. Il vous dira franchement ce qu’il a fait et ce qu’il n’a pas fait.

À partir de quel moment fait-on appel à un Character Designer ?

AW : Au départ, on a un projet qui est amené par le producteur et quasi-immédiatement, on fait appel à un Character Designer avant même d’avoir un réalisateur en poche. Une fois qu’on a trouvé le Character Designer, c’est un peu lui qui décide de l’équipe avec laquelle il va travailler. Pour un projet TV comme Bakemonogatari, cela a commencé un an avant sa diffusion, ce qui est assez long pour une série TV. Cette série nous a demandé beaucoup d’efforts. Pour la plupart des séries TV, il faut compter une production de seulement six mois.

Qu’est-ce qui attire votre intérêt, quand vous choisissez de travailler sur un projet ?

AW : En ce qui concerne Bakemonogatari, c’est parce que j’apprécie beaucoup la réalisation de Monsieur Shinbo, c’est pour ça que j’ai voulu travailler sur ce projet.

Et quels sont les projets que vous avez de prévu ?

AW : Je devais travailler avec Monsieur Shinkai, la rumeur courrait comme quoi j’allais travailler sur Kimi no na ha mais ça ne s’est pas fait. Monsieur Shinkai a envie de travailler avec moi et je suis très intéressé mais ça ne s’est pas encore fait.

Vous êtes un grand fan de Yoshikazu Yasuhiko, vous ne voudriez pas travailler sur les OVA de Gundam the Origin ?

AW : C’est parce que j’adore ça que je ne veux pas m’en approcher. C’est vrai qu’en participant, je pourrais rencontrer monsieur Yasuhiko mais j’ai peur.

En tant que directeur d’animation sur la série des Monogatari, quels ont été les moments les plus durs et ceux plus réjouissants ?

AW : Le plus difficile est que, pour Bakemonogatari, il n’y avait pas de staff. On n’avait pas de directeur d’animation général, c’est donc mon superviseur qui était directeur d’animation bien qu’il n’avait jamais été à ce poste auparavant ! Du coup, tout ce qu’il faisait, c’était faire des dessins. Moi, dès qu’un storyboard tombait, je commençais à faire des dessins à partir du storyboard. J’aurais voulu emprunter la patte d’un chat (NT : engager n’importe qui) ! À ce rythme là, j’ai vraiment cru que j’allais y passer. À un moment, je suis allé voir le président de Shaft et je lui ai dit « je n’en peux plus, c’est la fin pour moi, je vais mourir ! »

Pour la suite, on a changé de méthode, on a engagé plus de monde et sur Nisemonogatari, cela a rendu mon travail plus simple et je travaillais avec un rythme bien plus tenable.

Combien de personnes travaillaient sur Bakemonogatari ?

AW : D’habitude, le travail est fait par des équipes qui font des rotations, on va par exemple avoir cinq équipes, la première va s’occuper du premier épisode, la deuxième du deuxième épisode, la troisième du troisième épisode, etc. puis au sixième épisode, c’est la première équipe qui reprend le travail et ainsi de suite. Mais, dans ce cas, il n’y avait qu’une seule petite équipe qui s’occupait de tous les épisodes ! En plus, à cette époque au studio Shaft, cette même équipe s’occupait aussi des autres séries en cours ! Il n’y avait que moi en tant que Character Designer qui ne travaillais que sur Bakemonogatari ! Ce staff travaillait en même temps sur Bakemonogatari, Negima!? , Hidamari Sketch et Sayonara Zetsubou Sensei. D’ailleurs Sayonara Zetsubou Sensei et Bakemonogatari ont commencé en même temps. Ce sont les mêmes personnes qui ont travaillé sur ces séries !

En ce qui concerne Kizumonogatari, le projet est divisé en trois films dont deux sont déjà sortis au cinéma. Est-ce que le fait que le film soit en plusieurs parties facilite votre travail ou au contraire est-ce que cela vous donne une charge de travail supplémentaire ?

AW : À l’origine, nous voulions sortir un gros film mais quand nous avons terminé le storyboard, il y en avait pour trois heures de film ! Nous avons alors décidé de le diviser en trois parties car ça ne pouvait même pas être diffusé au cinéma. C’est aussi plus facile de le distribuer de cette manière qu’avec un gros film. C’est, du coup, plus facile de travailler ainsi. Sur Kizumonogatari, nous avons vraiment la crème de la crème des animateurs qui travaillent dessus !

Ah oui ? Par exemple ?

AW : Il y a Yoh Yoshinari, mais aussi Monsieur Yasuhiro Nakura qui a travaillé sur Laputa ou Metropolis.

S’il y a monsieur Yoshinari sur le projet, vous ne devez pas avoir grand chose à corriger !

AW : Absolument !

À l’époque où vous étiez animateur, quelle est la scène que vous avez préféré animer ?

AW : La scène que j’ai pris le plus de plaisir à animer est une scène dans Magical Taruruuto-kun, quand Mimora fait du patin à glace. J’ai aussi travaillé sur le film mais c’est sur cette série que je me suis le plus amusé. Par contre, la scène sur laquelle j’ai donné le meilleur de moi-même, c’est sur Spriggan de Katsuhiro Otomo, où j’ai animé des scènes d’action avec pleins de missiles et d’explosions, ça faisait TAPPAN et il y avait une montagne de fumée.

C’est par Monsieur Hisashi Eguchi que j’ai pu travailler sur Spriggan. Il était directeur d’animation sur Taruruuto-kun et avait été appelé pour être character designer et directeur de l’animation sur Spriggan. Il avait beaucoup aimé mon travail sur Taruruuto-kun et m’a demandé de travailler sur Spriggan.

Quels sont votre film, votre anime et votre jeu vidéo préférés ?

AW : Pour les films, c’est 2001 : L’odyssée de l’espace, Blade Runner, Star Wars, Retour vers le Futur, j’adore la SF ! En ce qui concerne les anime, ce sont les vieilles séries de Gundam et Ashita no Joe. En ce qui concerne les jeux vidéos, j’adore Street Fighter I pour les jeux de combat même si j’ai joué à chacun d’entres eux. J’ai dû passer le plus de temps sur le troisième !

Pour conclure, vous êtes plutôt Mirai ou Sayla Mass (NdR : Deux personnages principaux féminins de la série Gundam) ?

AW : Sans hésitation Mirai ! *rires*

Nous tenons à remercier Monsieur Watanabe de nous avoir accordé de son temps, mais aussi et surtout la convention Connichi et ses organisateurs pour leur accueil et leur disponibilité. Nous remercions aussi nos collègues de chez manganimation.net et nous vous recommandons de jeter un coup d’oeil à leurs articles et interviews !

Comments

commentaires

A propos de Dimitri Seraki 11 Articles
Anime Otaku âgé de 21 ans, il a consacré beaucoup de son temps afin de se spécialiser dans l'animation japonaise de 1917 à nos jours. Ses séries préférées sont Neon Genesis Evangelion, Giant Robo the Animation: Chikyuu ga Seishi Suru Hi et Concrete Revolutio.