Découvrez le Mass Effect …

I. Présentation :

Aujourd’hui, nous allons vous parler d’un des plus grands jeux vidéos de tous les temps (C’est pas moi qui le dit : le site http://www.jeuxvideo.com/ le classe 6ème sur ce tableau ) : Mass Effect. Sorti en 2007 sur console et en 2008 sur Windows, Mass Effect est un Action-RPG de science-fiction. Il a été réalisé par Bioware, le fameux studio Canadien que l’on ne présente plus. L’auteur, Drew Karpyshyn, était aussi à la réalisation du scénario de Jade Empire et de Star Wars : Knights Of The Old Republic (KOTOR pour les intimes), scénariste talentueux donc. La trilogie Mass Effect est très riche, c’est pourquoi j’ai choisi, ici, de ne parler que du premier opus.

II. L’histoire :

normandy sr1

Le Normandy SR1, dans lequel vous sillonnerez la galaxie. 

Le jeu prend place dans un futur pas si lointain, en 2183, où l’humanité n’est plus seule au monde. Elle est entrée en contact, brutale ou pacifique, avec diverses espèces intelligentes et a réussi à se faire une place au Conseil, un organisme inter-espèces permettant de préserver la paix dans les galaxies. Le Conseil siège sur la Citadelle, la plus grande station spatiale jamais construite. En effet, grâce à la technologie découverte dans des ruines sur Mars, les humains sont désormais capables de sillonner l’espace et de coloniser d’autres planètes grâce aux relais cosmodésiques et à ce qu’on appelle le Mass Effect. Les humains ont d’ores et déjà de nombreuses colonies qu’il leur faut protéger, c’est dans ce but qu’existe l’Alliance Interstellaire, l’équivalent de l’armée de notre époque.

Vous incarnez le Commandant Shepard, membre du N7, force spéciale de l’Alliance Interstellaire. Le jeu vous permet de customiser votre personnage à la création. Homme ou Femme, blond, brun ou roux : vous avez le choix ! Vous êtes aux commandes du Normandy, un vaisseau mêlant la technologie Turienne et Humaine faisant de lui un des meilleurs vaisseaux de la galaxie. Rapide, furtif et innovant, c’est un vrai bijou de technologie. Les humains sont, dans ce premier opus, une des races montantes dans l’organisation galactique mais ils ne sont pas encore totalement intégrés de part le fait que c’est une race très jeune par rapport aux Turiens ou aux Asari par exemple. L’univers est extrêmement riche et prenant ; de nouvelles informations sont régulièrement disponibles via l’Omnipad (une sorte de gant-ordinateur portable), nous permettant de mieux comprendre le background politique et culturel des peuples extraterrestres.

Le jeu utilise un système de pragmatisme et de conciliation pour orienter le choix des joueurs dans les dialogues. Au début de la partie, le joueur devra choisir entre plusieurs classes, chacune possédant un gameplay différent et des pouvoirs uniques. Les quêtes sont suffisamment variées pour ne pas nous ennuyer et l’intrigue est parfaitement rodée pour nous maintenir en haleine jusqu’au dénouement.

Personnages principaux et membres de l’équipe :

  • Ashley Williams, une artilleuse de l’Alliance. Elle est sympathique mais elle a un peu de mal à fréquenter les non-humains.
  • Kaidan Alenko, un humain ayant des implants biotiques L2 de l’Alliance. Les implants lui donnent des pouvoirs biotiques mais ils lui provoquent aussi de grosses migraines.
  • Garrus Vakarian, un Turien, ancien membre des forces de sécurité de la Citadelle. Il quitte ces dernières car il ne supporte plus l’abondante paperasse.
  • Liara T’Soni, une scientifique et archéologue Asari. Elle étudie les artefacts prothéens, et a énormément de connaissances (ce qui s’avère très utile), mais elle est encore jeune, elle n’a pas eu le temps de connaître les autres races à l’extérieur de la colonie. Les asaris ont de puissants pouvoir biotique en âge mûr (matriarche), et il se trouve que notre petite protégée est très talentueuse dans la maîtrise de ses pouvoirs…
  • Tali’Zorah « Tali » nar Rayya, une ingénieure Quarienne. Elle rejoint les machinistes du Normandy, et suspend son pèlerinage le temps d’aider Shepard dans sa mission. Les Quariens sont un peuple nomade : ils ont perdu leur planète, Rannoch, face aux Geth. .
  • Urdnot Wrex, un mercenaire Krogan. Il a un compte personnel à régler avec Saren. Il avait autrefois une grande influence sur Tuchanka, qu’il a quitté, laissant les autres Krogans à leur sort.

Personnages secondaires :

  • David Anderson, ancien Commandant du Normandy, il prend la responsabilité de l’incident d’Eden Prime, au début du jeu, pour laisser le champ libre à Shepard en qui il croit. (Il est tellement coooool)
  • Joker, c’est un timonier (pilote) très doué, avec un franc-parler plein d’humour. Il souffre d’ostéogenèse imparfaite (la maladie des os de verre) et accuse donc une faiblesse physique, même si cela n’entame pas ses excellentes qualités de pilote.
  • Saren Arterius, Turien et ancien Spectre, il est poursuivi à travers la galaxie par Shepard pour répondre de ses actes sur Eden Prime (Première mission du jeu).
  • Benezia, Matriarche Asari très influente, elle est la mère de Liara et dispose de puissants pouvoirs biotiques. Elle s’est ralliée à Saren pour des raisons inconnues.

squad ME1

De droite à gauche : une Quarienne, un Turien, un Krogan, une Asari et deux humains. 

III. Le Gameplay :

Lors des missions, Shepard est accompagné par deux personnages que vous devez préalablement rencontrer et recruter (à l’exception notable de Kaidan et Ashley qui intègrent automatiquement votre équipe). Six personnages sont ainsi disponibles dans le premier opus – voir le tableau au dessus – avec leurs propres points forts et points faibles. Il est très important de trouver une équipe bien équilibrée par rapport à votre Shepard : si vous vous faites accompagner par le même genre de personnage, vous risquez rapidement de ne pas pouvoir faire face à toutes les menaces : il faut être complémentaire. Le système de combat est basé sur Shepard, à la troisième personne, et l’action se déroule en temps réel (TPS). Votre protagoniste peut utiliser ses pouvoirs grâce à ce qu’on appellera plus tard la roue des pouvoirs, qui fige le temps et vous laisse l’occasion de peaufiner votre stratégie ou de donner des ordres à vos petits camarades. Le système est encore simple, il se perfectionnera dans le 2 et le 3. Le tout est assez dynamique et stratégique pour que tous les joueurs y trouvent leur compte. L’interface de la roue de pouvoir vous permet aussi de changer d’arme comme bon vous semble parmi celles que vous portez, vous permettant d’être réactif et de parer à toutes les éventualités.

combat

Shepard (vous) place Tali à couvert pour qu’elle puisse défendre efficacement leur position. 

En ce qui concerne les classes, il en existe six de base accessible à Shepard, recouvrant grosso modo trois grands domaines de compétences. Les soldats ont la possibilité de manier toutes les armes et sont des experts militaires ; les biotiques utilisent leur pouvoir pour changer les lois physiques naturelles à leur avantage (projeter quelqu’un contre un mur, etc…) ; enfin les saboteurs trafiquent les robots et les systèmes de sécurités pour les retourner contre l’ennemi.

Hors combat, les roues de dialogues sont un des éléments les plus importants du jeu et vous proposent plusieurs interactions avec votre interlocuteur. Quelqu’un qui cherche à menacer et à prendre l’avantage sur son interlocuteur gagnera des points de pragmatisme. Si au contraire, le joueur se montre amical et respectueux, il gagnera des points en conciliation. Un score élevé dans ces deux domaines permet de débloquer des interactions spéciales correspondant à votre style de jeu. Les développeurs ont souhaité, de même que pour les autres jeux, que les personnages secondaires qui suivent Shepard aient une personnalité propre, un background approfondi et des motivations uniques. En discutant avec vos équipiers, vous vous en rendrez compte, vous lierez et peut-être même tomberez-vous sous leur charme…

Mass Effect, c’est tout cela mais c’est aussi l’exploration de nouvelles planètes et le goût de l’aventure. Au court de vos péripéties, de nombreuses planètes seront accessibles à l’exploration avec votre véhicule ou bien à pied pour remplir des quêtes annexes ou pour simplement apprécier la beauté et la diversité des paysages.

IV. L’esthétique :

Mass Effect est un jeu futuriste qui arrive très bien à se démarquer de ce que l’on connaît déjà (Star wars, Star Trek,…) mais qui s’en inspire forcément. Les armures sont des combinaisons que l’on peut changer en fonction de ce que l’on trouve et ce dont on a besoin. Les armes sont, elles aussi, personnalisables en fonction de votre façon de jouer et donc possède une apparence différente. La modélisation des personnages est très bien faite, on a plaisir à détailler du regard nos équipiers et nos interlocuteurs.

citadelle

La Citadelle : une station orbitale magnifique et le centre névralgique du gouvernement Concilien.

Les développeurs ont cherché à rendre chaque civilisation unique de par leur façon de construire leurs monuments, leur façon de voir le monde, et bien évidement leurs apparences. Ce premier opus propose une bande son de grande qualité et un doublage français très correct. Le point un peu dommage, c’est que certaines quêtes annexes réutilisent la même architecture avec plus ou moins d’objets divers dans la pièce. Ce qui donne une impression de déjà-vu flagrante. Pour l’intrigue principale, cependant, on retrouve une ambiance particulière à chaque lieu : la Citadelle évoque une grande ville moderne, certaines planètes sont des déserts arides et d’autres sont recouvertes d’eau et de verdure. Le jeu est servi par une direction artistique cohérente et originale.

V. Mon avis :

Je sais que j’arrête pas de le dire mais j’adore ce jeu. La trilogie Mass Effect est vraiment ma meilleure expérience jeu vidéo, à ce jour. L’univers est terriblement complet, rien n’est laissé au hasard, chez Bioware. Rapidement je me suis sentie très impliquée par rapport aux décisions et aux prises de conscience auxquelles devait faire face Shepard. Le choix des actions, Conciliantes ou Pragmatiques, est une vraie bonne idée incluant un certain concept de moralité et d’éthique pour les joueurs. Les personnages sont tous géniaux et on voit une vraie évolution dans leurs caractères au fur et à mesure des épreuves qu’ils traversent. Les doublages et les dialogues sont convaincants et on s’y attache, à notre bande de bras cassés. <3

Le gameplay est très intuitif et plaisant, les niveaux de difficulté dans le jeu sont bien dosés avec des passages compliqués mais qu’on refait avec plaisir. Les quêtes annexes sont nombreuses et variées, tout en nous permettant d’étancher notre soif d’exploration à travers chaque planète parcourue. Les graphismes, encore très corrects, ne saccadent pas, ne repoussent pas les joueurs et donne une esthétique particulière à ce jeu.

femshep

Kyaaaaaaah Femshep <3 #arvinaestunefangirlhystériquecool

Un de mes passages préférés, c’est la confrontation avec la Matriarche Benezia et la Reine Rachni. Les Rachni s’expriment dans un langage totalement différent de ceux des autres aliens alors ils utilisent le corps des morts pour parler avec d’autres races de la galaxie. C’est très flippant. En ce qui concerne la mère de Liara, on a typiquement envie de la sauver car c’est un exemple de vertu qui se retrouve manipulée et corrompue au point de vouloir tuer sa propre fille. On imagine bien la lutte de Benezia entre sa personnalité et cette possession insidieuse de plus en plus présente chez elle, au fur et à mesure du dialogue. Ces choix moraux rendent le jeu bien plus intéressant car il ne s’agit plus d’être méchant ou gentil mais quelque chose entre les deux !

Pour résumer : Jouez à Mass Effect ! Vous allez vous régaler ! 9,5/10 !

PS: « Mais Arvina, (me direz-vous), comment ça se fait que tu ne lui aies pas mis 10 sur 10 alors que c’est ton jeu préféré de tous les temps ? Et pourquoi tu as mieux noté Bioshock Infinite? » Merci d’avoir posé la question, petites créatures mignonnes. Tout simplement parce que je peux comprendre qu’on n’aime pas l’univers de Mass Effect parce que les RPG ne séduisent pas tout le monde et que c’est un style de jeu particulier avec ces défauts et qualités. C’est très subjectif, tout ça ! =)

Comments

commentaires