Les critiques de SandRock : Requiem from the Darkness

« Nous te rendons aux ténèbres ! » À la base, Requiem from the Darkness est un recueil de nouvelles écrites par Natsuhiko Kyogoku. Ce dernier fut adapté en un animé de treize épisodes en 2003, et produit par TMS Entertainmement et édité chez Dybex en 2005.

Requiem from the Darkness
Requiem from the Darkness © TMS Entertainment/ Dybex

Yamaoka Hyakusuke est écrivain et voyage à travers le monde pour trouver l’inspiration. Lors de ce voyage, il fait la rencontre de Mataichi, Ogin et Nagamimi, un trio mystérieux parcourant le monde pour faire tomber les légendes et superstitions…

Staff

  • Studio d’animation : TMS Entertainment
  • Réalisateur :  Tonokatsu Hideki
  • Scénaristes : Natsuhiko  Kyogoku (auteur du recueil) et 
  • Chara-Design : Miya Shigeyuki
  • Musiques : Haishima Kuniaki
  • Nombres d’épisode :  13
  • Durée d’un épisode : 25 min
  • Année de production : 2003
  • Licencié en France : Dybex

Opening 

Ending

Verdict

Vous vous êtes sûrement rendus compte que je traite très peu d’animés tendances ou très récents. Dans un sens, cela me permet de me plonger dans les méandres des catalogues des éditeurs pour vous dénicher des œuvres méconnus et telles des reliques d’un passé fort lointain, afin de les mettre en lumière. Ce fut le cas pour Requiem from the Darkness.

D’abord le fond, si le scénario global est assez basique, il faut rechercher du côté des déroulements des « histoires » qui sont indépendantes des unes et des autres malgré une tentative maladroite de créer une intrigue globale dans les derniers épisodes. Il aborde des thèmes assez sombres comme l’Inceste, la nécrophilie, ou encore le cannibalisme sous fond d’un scénario fantastique. Mais les récits servent avant tout à mettre en lumière les facettes les plus malsaines de l’Homme avec le classique : les humains peuvent se montrer infiniment plus cruels que les monstres de leur légende.

Ensuite concernant la forme, c’est sur ce point que Requiem from the Darkness se démarque :

  • La déformation et l’exagération sur les ombres et le décor renforcent le ton lugubre et l’ambiance horrifique des diverses histoires.
Requiem form the Darkness © TMS Entertainment/ Dybex
Requiem from the Darkness
Requiem form the Darkness © TMS Entertainment/ Dybex
Requiem from the Darkness
Requiem form the Darkness © TMS Entertainment/ Dybex
Requiem from the Darkness
Requiem form the Darkness © TMS Entertainment/ Dybex
  • La bande son ainsi que les bruitages contribuent à accentuer grandement l’ambiance.
  • Visuellement, cet animé arrive à mélanger l’image de synthèse de l’époque et l’animation traditionnelle en créant un « décalage » afin de faire mettre en avant soit des éléments du décor soit des scènes précises. Ce tout se calque avec brio pour consolider l’ambiance macabre et l’esthétisme de cette production.

Au final, Requiem from the Darkness ne séduit pas par son scénario basique mais il brille par son côté esthétique et sa bande son. Bizarrement, certains aspects m’ont fait penser à certaines productions de l’époque comme Soul Taker (Tatsunoko ProductionDybex) pour son audace sur la forme et La Fille des Enfers (AniplexKaze) pour le côté surnaturel où les « criminels » subissent un Jugement de leurs vivants.

Si vous cherchez un animé horrifique pour Halloween, Requiem from the Darkness sera un bon choix.

Bonne lecture

Source : Ici

Comments

commentaires