Les critiques de SandRock : Gunslinger Girl

Quand on parle d’animes mettant en scène des jeunes filles, beaucoup d’entre vous doivent avoir plein d’exemples en tête vu l’omniprésence à outrance de ce genre, dans la culture japonaise actuelle. Mais, les deux saisons + les deux OAV de Gunslinger Girl sont des exceptions à ce constat. C’est à l’origine un manga de quinze tomes créé par  Yu AIDA et pré-publié dans le magazine Dengeki Daioh.

 

Gunslinger Girl © 2014 IDP HOME VIDEO
Gunslinger Girl © 2014 IDP HOME VIDEO

« Pour combattre le crime organisé, le gouvernement italien a pris une mesure extrême: combattre le mal par le mal. Il a monté une agence, la Social Welfare Agency, qui, sous couvert d’activités sociales et médicales, assure la logistique pour une équipe de professionnels chargés d’éliminer les chefs de clan ou d’assurer la protection de témoins-clefs. La mesure est d’autant plus extrême que les gâchettes de l’agence sont toutes des jeunes filles, conditionnées physiquement et psychologiquement après divers accidents. Placée sous la tutelle rapprochée d’un adulte membre de l’agence, chacune de ces enfants est devenue une véritable machine à tuer, d’une efficacité redoutable. »

Opening 

Ending

Gunslinger Girl Teatrino II © 2014 IDP HOME VIDEO
Gunslinger Girl Teatrino II © 2014 IDP HOME VIDEO

« La symphonie de la mort entame son deuxième mouvement… L’organisation terroriste Les Cinq Républiques confie à l’un de ses jeunes membres, Pinocchio, une mission déterminante pour déstabiliser la démocratie italienne. Très vite, l’Agence d’Aide Sociale dépêche ses agents, de jeunes filles modifiées pour devenir de véritables machines à tuer, pour le traquer… »

Opening 

Opening 02

Ending

Beaucoup d’entre vous n’ont jamais dû entendre parler de cet anime. Je parie aussi que la plupart pensent que c’est encore un de ces animes remplis de « Lolis » avec des armes, devenus une des spécialités plus que récurrentes et standardisées de la japanime actuelle (comme Upotte!!, Girls und PanzerKanColle, et cie…).

Ben, apparemment un miracle – vieux de 13 ans – a eu lieu, car malgré ses apparences, Gunslinger Girls est une exception à la règle. Vous n’y trouverez aucunement les clichés inhérents à ce genre de production, les thèmes abordés sont assez sérieux et sombres. On suit la vie quotidienne de ces jeunes filles, traumatisées et meurtries dans leur âme comme dans leur chair, ayant été conditionnées pour ensuite être transformées en machines à tuer cybernétiques, par le mystérieux Organisme d’Aide Sociale travaillant officiellement pour le gouvernement italien. Son but est de recueillir et d’aider des enfants dont la vie a été brisée, sans famille, et le plus souvent aux portes de la mort. Cette organisation venant aux chevets des victimes mais dans l’ombre, elle est chargée d’éradiquer toutes menaces pouvant mettre en péril le gouvernement en place.

Chaque tueuse est accompagnée d’un fratello (« Frère ») afin de remplir leurs missions dans la lutte contre la mafia et autres terroristes. Au fil des épisodes, on suit l’évolution de ces jeunes filles, qui découvrent les aléas de la vie de personnes de leur âge (leurs premiers émois amoureux…). De plus, Gunslinger Girl aborde de façon intelligente le thème des « enfants-soldats », qui est assez peu abordé dans la japanime actuelle, même si les jeunes filles de cet animé restent plus humaines que machine.

Parlons du côté esthétique, le studio Madhouse, responsable de la saison un composée de treize épisodes en 2003,  a vraiment fait un travail extraordinaire. Ce dernier a su retranscrire à merveille le côté froid et malsain de cet anime. Notamment lorsqu’on le compare à celui du studio Artland, à qui l’on doit la saison deux, intitulée Teatrino II en 2008 composée de treize épisodes + deux OAV, ayant opté pour une esthétique un peu plus « chaleureuse » et moins oppressante. Le tout est accompagné par de très belles OST.

 

Après la forme, attaquons-nous au fond, dans la première saison, on avait droit à treize épisodes très axés sur la psychologie des jeunes filles, notamment dans leur relation avec leur « fratello » et comment vivaient-elles leurs conditions de cyborg et d’enfants-soldats. Dans la seconde saison, Artland compense la baisse au niveau de l’esthétisme par un scénario axé sur l’action. Elle offre aussi pas mal d’informations sur le passé de certains fratellos, tout cela se terminant par les deux OAV.

Avis

Gunslinger Girl a fait partie de ces animes des années 2000 ayant marqués une période de l’adolescence de certains. Mais ce genre d’animes se fait rare, par les temps qui courent, car la plupart des animés mettant en scène des jeunes filles sont destinés à une partie de la communauté friande de Moe et de Loli (Black Bullet, Love Live, Idolmasters…) au détriment d’un vrai scénario très poignant. Ces deux saisons sont à voir absolument et il commence à être difficile de se les procurer. C’est un excellent investissement. La première saison est disponible en VF, excellente au passage, et fut diffusée sur NRJ12 à l’époque et disponible aussi en VOSTFR, contrairement à la saison 2, n’ayant jamais bénéficié d’une VF et seulement en VOSTFR.

À l’occasion de la sortie de Gunslinger Girl, KAZE nous avait gratifié d’une très bonne version collector contenant le CD audio de l’animé et les story-boards.
Liens utiles :
Bon visionnage !

Comments

commentaires