Les critiques de MrZ – Honey and Clover

Depuis le début du XXIè siècle, la tendance des animes tranche de vie est de montrer des lycéens, durant leurs cours, de montrer essentiellement leur vie scolaire et leurs péripéties liées au lycée et à l’école de manière générale, que ce soit traitée d’une manière comique ou d’une manière purement dramatique, donnant ainsi le statut de denrée rare aux séries parlant de tout ce qui suit la période lycéenne dans la vie d’un être humain. Bien des séries traitent du passage à l’âge adulte, mais quid des séries traitant des premiers pas en tant que tel ? De l’insertion dans la société professionnelle ? Des peurs, des doutes et du stress liée à notre vie professionnelle ?

Honey & Clover fait partie de ces rares, trop rares séries traitant des thématiques citées ci dessus. Adaptation du manga éponyme de Chica Umino (connue pour le très récent Sangatsu no Lion) par le prolifique studio J.C. Staff aux séries à la qualité pourtant souvent relative, Honey & Clover s’inscrit donc dans la longue lignée des séries Slice of Life de l’animation japonaise, à la différence près que celle-ci ne traite absolument pas de lycéens, mais de jeunes adultes ayant la vingtaine, et de leur vie quotidienne. Que vaut-elle donc par rapport à ces très nombreux équivalents adolescents ? Que vaut-elle donc par rapport aux plus connus représentants du genre que sont par exemple la saga Clannad, ou les autres œuvres du studio Key ?

 

Comme dit précédemment, la principale différence entre Honey & Clover et bien d’autres séries du genre est que là où le critère commun entre toutes ces séries tourne autour du drame lycéen ou des péripéties lycéennes, où la vie des personnages tournent essentiellement autour de leur quotidien à l’école et tout ce que cela entraîne.

C’est sur ce point là que ce différencie cet animé. Honey & Clover, c’est avant tout les péripéties de jeunes adultes dans leur vie de tout les jours, leur vie à l’école, de leur vie au travail.

Ici le quotidien en classe sera inexistant et n’intéressera pas la série. Elle préférera avant tout se concentrer sur la réalisation de projets personnels des différents personnages, de leurs talents ou même de leur manque de talent, tout comme elle s’intéresse aux différentes relations qu’ils ont avec les autres, comment ils se définissent par rapport à eux et comment ils voient ceux avec qui ils partagent l’essentiel de leur temps.

Après tout, comme diraient les Rolling Stones : « You can’t always get what you want » , et c’est ce qui définit quasiment à la perfection Honey & Clover.

Dans la vie, on n’a pas toujours ce que l’on veut, on ne peut pas toujours atteindre ce que l’on désire, nos travaux, nos productions ou même nos relations ne prennent pas toujours la forme voulue, pas toujours une forme qui peut nous satisfaire.

Un amour peut ne pas toujours être réciproque pour bien des raisons, prendre une place non négligeable dans la vie de la personne qu’on aime n’assure pas le fait d’avoir des sentiments réciproques, on ne peut pas toujours avoir la possibilité de s’engager dans une relation, même si l’on en a cruellement envie. Avoir choisi la voie dans laquelle on veut s’engager n’assure pas le fait de concrètement savoir ce que l’on compte faire plus tard.

C’est la définition de la vie. On rit, on pleure, on doute, on prend peur, on se perd, on se cherche et on finit par se trouver, par se retrouver pour en ressortir évidemment grandi.

La série a l’intelligence de ne jamais tomber dans les trop nombreuses facilités dramatiques auxquelles certaines séries ont habitués les spectateurs pour rester dans un doux mais parfois cruel réalisme. C’est de cette manière qu’il est incroyablement aisé de se voir dans chaque personnage de la série.

Les personnages d’Honey & Clover sont de véritables personnes. De part leurs doutes, de part leurs peurs, de part leurs objectifs, ils sont représentatifs de bon nombre de choses que chaque être humain traverse lorsqu’il se trouve entre son début de vie d’adulte et son entrée définitive dans la vie active.

 

En dehors de son évident réalisme et de ses qualités d’écriture, Honey & Clover, c’est aussi une emprunte graphique particulière couplée à la réalisation de tout d’abord Kasai Kenichi (Amanchu !, Nodame Cantabile), puis de son élève Tatsuyuki Nagai (Ano Hana, Toradora, Gundam Iron Blooded Orphans), qui ont parfaitement su capter l’essence de la série d’Umino Chica pour ensuite la sublimer, sublimer ses personnages, leurs réactions et leurs sentiments sans jamais tomber dans un excès dans lequel tombent bien trop de réalisateurs. Ils racontent la série à la manière d’un roman dans lequel chaque chapitre, narré par un des personnages, plongent dans la vie de nos protagonistes sans réel indicateur temporel, comme pour inviter le spectateur à passer voir les personnages de temps à autre pour prendre de leurs nouvelles, de la même manière que ce qu’il pourrait faire avec son propre groupe d’amis.

Ce que la partie graphique de la série n’oublie pas une seule seconde, c’est qu’Honey & Clover, c’est aussi une série qui traite de l’art, qui traite d’artistes en devenir, centrée sur la création. Elle a retenu ça en nous offrant des tons pastels, presque dessinés à la craie associés à des couleurs harmonieuses sans tomber dans la surenchère et renforçant le réalisme du titre.

Le seul point graphique pouvant éventuellement repousser serait le chara-design. Extrêmement proche du trait d’Umino Chica (qui a un trait pour le moins particulier), le design peut déplaire vu que certains personnages n’ont pas forcément l’apparence physique correspondant à leur âge réel, le personnage d’Hagumi par exemple. Mais même ici, la série a l’intelligence de faire évoluer le design des différents personnages, les rendant plus vieux, plus imposants et plus charismatiques au fur et à mesure de leur évolution et de leur gain de maturité.

Au final, Honey & Clover, qu’est-ce donc ? A t-elle de quoi rougir devant ses équivalents lycéens reconnus ou se tient-elle à un tout autre niveau ?

La réponse paraît claire: c’est une série qui parle de la vie, de l’entrée dans la vie active, de la maturité pour entrer pleinement dans le stade d’adulte, d’art et de talent. C’est une série qui peut et sait toucher énormément de monde par sa pluralité thématique, la profondeur de ses personnages, son réalisme à toute épreuve et la beauté de sa mise en scène.

Belle œuvre encore tout de même trop méconnue, Honey & Clover s’adresse avant tout aux spectateurs adultes ou adultes en devenir, qui se verront dans cette série, fragmentés en toute cette brochette de personnages, de véritables personnes ayant une vie que l’on ne voit que de temps à autre, comme s’ils étaient des amis que l’on passe voir de temps à autre.

Faites donc un pas vers Honey & Clover, plongez donc dans la série, projetez-y vous et surtout émerveillez-vous devant cette série qui vous changera des éternelles comédies dramatiques lycéennes au pathos parfois encombrant. Cela vous reposera, vous surprendra et même peut-être changera votre vision des choses, votre vision de la vie en elle-même.

 

Comments

commentaires