Les conseils de SandRock : Rétrospective sorties Ofelbe 2017

À l’heure où cette chronique sortira, on sera déjà début 2018. Il est temps de faire une rétrospective des sorties 2017, Ofelbe Editions, et de vous donner mes avis sur mes lectures regroupant la totalité du catalogue.

Définition de Light novel

C’est un type de roman japonais destiné à un public de jeunes adultes. C’est un genre intermédiaire entre la « grande littérature » et la littérature populaire.

Avis

Mon analyse se concentrera uniquement sur les lights novels d’Ofelbe Edition sortis en 2017, et classés selon mes préférences. Vous pouvez retrouver mon ancien classement ici.

1 – Overlord

© Kugane Maruyama – So-bin / Kadokawa Corporation – Ofelbe Edition

Nous sommes en l’an 2138. Yggdrasil, le célèbre jeu de rôle en ligne est sur le point de fermer. Momonga, nécromancien Mort-Vivant, chef de la puisante guilde « Ainz Ooal Gown », attend seul l’arrêt du jeu. Cependant, l’heure de la fermeture passée, Momonga n’est pas deconnecté et se retrouve propulsé dans un monde inconnu. Prisonnier, le seigneur maléfique part à la découverte de terres hostiles. Pour survivre, une seule solution s’impose à lui : conquérir le monde.

Ayant vu et aimé l’adaptation animée sortie en 2015 par Madhouse, et comptant treize épisodes sur ADN,c’était avec une immense joie de retrouver Momonga et la Guilde Ainz Ooal Gown au grand complet.
La première chose qui nous frappe, c’est la qualité des illustrations de So-bin. On reste bouche bée devant autant de beauté, on dirait presque des tableaux tellement elles diffèrent de toutes celles que j’ai eu l’occasion de voir dans les autres light novels de l’éditeur.

Ensuite, c’est la fluidité du récit. Contrairement aux autres titres comme Sword Art Online et Log Horizon, où ces derniers sont plutôt concentrés sur un récit « plus chargé » en description pour expliquer le contexte, le scénariste Kugane Maruyama privilégie plus l’action que de charger son récit de trop de description qui pourrait ennuyer le lecteur et alourdir le plaisir de la lecture.

Lien Manga : Ototo Manga

Lien DVD/BR : Anime Store

Lien VOD/SVOD : ADN

2 – Spice and Wolf

© AYAKURA Jyuu /Isuna HASEKURA/ ASCII – Media Works – Ofelbe édition

Bloqué à Kerube à la suite de la capture du narval qui exacerbe l’hostilité entre les deux quartiers de la ville, Lawrence décide d’essayer de devenir un joueur et non plus un simple pion à la merci des manoeuvres de Keeman et Ève. Malheureusement, d’autres forces s’agitent dans l’ombre et risquent de tout faire échouer. Et ce alors même que la rumeur d’un mystérieux mouton d’or parvient aux oreilles de Lawrence et Holo. Une nouvelle piste qui pourrait éventuellement les mener aux reliques du dieu-loup...

Avec les tomes 4 et 5, Isuna Hasekura nous offre deux gros arcs : Kerube et Winfeel très passionnant à suivre et d’une intensité assez incroyable. Cette fois-ci, nos trois héros se retrouvent entre le Marteau et l’Enclume au cœur d’intrigues politico-économique parallèlement à la recherche d’informations sur les reliques du Dieu loup.

Durant ces derniers, leurs rencontres avec d’autres personnages, dont une vieille connaissance, vont en quelque sorte faire évoluer la relation Holo/Lawrence. On est à peut-être à quatre voire cinq volumes de la fin. Mon ressentiment est que ce titre va, en quelque sorte, bientôt atteindre son point d’orgue dans les prochains tomes pour nous offrir une fin soit en happy-end soit non, on verra ça en temps voulu. Tout cela est mis en valeur encore une fois par les illustrations de Jū Ayakura.

En bonus, nous avons au début du tome 4 deux récits : l’un où nous découvrons une bride du mystérieux passé de notre déesse louve, dans l’autre, on retrouve Lawrence, Holo et Nora discutant entre eux tandis qu’Horo ne fait que boire, plus que de raison. Ce passage a été adapté en animé servant d’interlude entre les deux saisons de l’animé.

Public visé : Grand public.

Lien Manga : Ototo Manga

Lien DVD/BR : Black Box

3- Durarara !

© YASUDA Suzuhito –
Ryôgô NARITA / ASCII Media Works – Ofelbe Edition

Tokyo, Ikebukuro. Ici se trouve un passé baigné dans la solitude. Un leader qui essaie de fuir la réalité, une jeune lycéenne qui a des responsabilités, un jeune garçon qui ne se rend pas compte des sentiments de ses amis, un homme qui projette un coup d’État, un autre qui manipule les gens avec ses informations, et un motard sans tête sur sa moto silencieuse…
Tous sont sur une trajectoire de collision qui déterminera qui surmontera son passé, et qui deviendra un simple souvenir…

Même si cette année, nous avons eu qu’un seul tome de Durarara !, il n’en est pas moins de dire qu’il reste, pour moi, une valeur sûre du catalogue de l’éditeur même si, je peux regretter le manque d’enthousiasme de la communauté autour de ce titre.

Je me permets de citer un passage de l’interview de Louis-Baptise HUCHEZ, Directeur de collection Ofelbe résumant très bien ce qu’est Durarara et ce que j’aime dans cette licence  « le Light Novel DURARARA! est très particulier avec une construction un peu à la Tarantino en toile d’araignée, avec beaucoup de personnages différents qui se rencontrent, se quittent, se rejoignent… Un scénario qui met en scène plein de personnages différents où tout s’entremêle. De même, la façon dont l’histoire s’écrit dans des chat où tout s’entremêlent dans des points de vue à la première ou troisième personne est très originale. »

Pour ceux et celles ayant vu les adaptations animés, ce tome 3 sert de conclusion à la première saison de l’animé. Si vous ne connaissez pas cette licence, le light novel est la bonne occasion de la commencer et de la faire connaître. Personnellement, je l’ai prêté à un de mes proches profanes qui l’a trouvé intéressant malgré la multitude de personnage et cette entremêlement entre des points de vue à la première et troisième personne.

Public visé : Grand public.

Lien VOD/SVOD : Wakanim 

3- The Irregular at Magic High School

© Tsutomu Satō – Kana Ishida / ASCII Media Works – Ofelbe Edition

En plein été 2095, les écoles de magie se préparent à l’un des événements majeurs de l’année : le Tournoi des Neuf Écoles, une célèbre compétition sportive où tous les apprentis magiciens s’affrontent à grands coups de sorts magiques.
Si Miyuki Shiba, jeune prodige et membre du conseil des élèves, a été sélectionnée pour représenter le Premier Lycée au tournoi, son frère, Tatsuya, ne s’attendait pas à être l’un des ingénieurs de l’équipe.
Alors que le garçon pensait simplement aider ses camarades à remporter la victoire, la rivalité avec le Troisième Lycée et les conspirations d’un groupe mafieux l’obligeront à monter en première ligne pour triompher de ses adversaires.

Je ne vais pas vous cacher mais l’arc du Tournoi des Neuf Écoles est l’un de mes préférés de l’adaptation animé. Dans ce dernier, on apprend un peu plus sur les « activités extra-scolaires » et le passif de Tatsuya , ainsi qu’une montée en puissance de ce dernier provoquant soit de la crainte chez certains soit de l’admiration chez d’autres.

Une fois de plus, Sato Tsutomu nous offre un arc mélangeant habillement action et narration où les pièces du puzzle constituant l’univers « complexe » de la licence commencent à s’emboîter à travers les interactions entre certains personnages qui auront, à mon avis, leurs importances dans les prochains tomes. Même si, certains trouveront ce tome très dense en explication sur la Magie et la « certaine hiérarchie » entre les différentes familles de magiciens, il faut prendre un mal pour un bien tout comme Reki Kawahara l’a fait pour l’arc Alicization.

De plus, l’éditeur Ofelbe a eu la bonne idée d’intégrer des glossaires en début et en fin de tome pour éviter aux lecteurs de se perdre dans le lexique de la licence. Normalement, le prochain tome devrait être un arc de « transition » entre l’arc du Tournoi des Neuf Écoles et celui sur les Troubles à Yokoama qui n’a pas été adapté en animé. Si vous aimez lire un light novel où le thème de la Magie est abordé d’une manière assez scientifique, ainsi que la Science Fiction, The irregular at magic high school est la licence pour vous.

Public visé : Grand public.

Lien VOD/SVOD : Wakanim 

4 – Sword Art Online Alicization

© Reki Kawahara – ABEC / ASCII Media Works – Ofelbe Edition

Enfermé dans l’Underworld, une incroyable et effrayante réalité virtuelle, Kirito est bien décidé à trouver un moyen de rentrer chez lui.

Accompagné de son nouvel ami, Eugeo, le jeune homme est désormais un apprenant bretteur d’élite dans la prestigieuse Académie Impériale d’Escrime de Centoria.
Mais alors qu’ils pensent que la route sera encore longue, un évènement va bouleverser leur vie et les propulser audevant du danger. Face à eux se dressent les Chevaliers Intègres, protecteurs immuables de l’immense tour blanche.
Peu à peu, le voile se lève sur les sombres secrets de l’Underworld.

Enfin l’arc inédit tant attendu par la communauté SAO est arrivé en librairie. Avec ses deux premiers volumes doubles, il est clair que cet arc donne un sérieux regain d’intérêt à la licence contrairement aux précédents tomes plutôt axé sur le genre « romance/harem » pour adolescents voire adulescents à l’exception de l’arc Mother’s Rosario.

On sent que dans ces derniers, les protagonistes ont gagné un peu en maturité même si leur passé dans L’Aincrad les poursuit encore dans le monde réel avec ces conséquences, l’agression de Kirito par l’un des derniers instigateurs de l’arc Phantom Bullet et ancien membre des Laughing Coffin.

Même si on peut reprocher l’épaisseur de ces volumes doubles, cela est un mal pour un bien au vue du nombre d’information relatif au monde de l’Underworld et du projet Alicization. J’ai l’impression que Reki Kawahara s’est inspiré de pas mal de références de la culture populaire pour cet arc comme :

– Des films comme The Truman Show de Peter Weir ou eXistenZ de David Cronenberg et des jeux vidéos comme ceux de Peter Molyneux ( Black and White) notamment pour ces god game, dans lequel les joueurs incarnent une divinité et peuvent utiliser des pouvoirs extraordinaires susceptibles d’influencer grandement la vie des personnages non-joueurs notamment visible dans la description de l’Underworld, du projet Alicization et du fonctionnement du monde de ce dernier.

– Pas mal de références à des mangas shonen très populaires comme Bleach (pour les capacités des armes à évoluer comme les Zanpakutō) et à Saint Seiya (les Chevaliers Intègres ayant subit un reconditionnement, l’aspect d’aller battre l’Administrator avant son réveil, le personnage de Cardinal m’a fait penser à dans la Maison du Bélier expliquant comment battre les Chevaliers d’Or en obtenant le 7ème sens) notamment dans le tome 06.

Public visé : Principalement adolescents et adulescents mais accessible aux profanes de la licence.

Lien Manga : Ototo Manga

Lien DVD/BR : Anime Store

Lien VOD/SVOD : Wakanim 

5 – Log Horizon

© Kazuhiro HARA – Mamare TOUNO / Enterbrain – Ofelbe Edition

Afin de fêter le traité entre l’Union des Villes libres d’Eastal et les Aventuriers d’Akiba, un gigantesque festival est organisé. Malheureusement, la ville possède de nombreux ennemis prêts à tout pour faire de ce moment de fête un désastre.
De plus, le Conseil de la Table ronde rencontre encore des difficultés, ce qui va pousser Shiroe à se lancer dans la plus grande et la plus dangereuse expédition montée par des Aventuriers depuis la Catastrophe, alors même qu’un nouveau danger rôde dans Akiba…

Après deux tomes consacrés à l’après Catastrophe, on retrouve nos Aventuriers en pleine préparation de leur premier festival avec ces avantages et ces inconvénients. Cependant, nos amis ne savent pas, sauf ceux de la Table Ronde, qu’une ombre plane sur le Yamato et sur Akiba annonçant de terribles événements.

Ce dernier s’attarde aussi beaucoup sur la personnalité de certains personnages notamment Akatsuki et Shiroe. De plus, on apprend pas mal d’information sur des villes comme Akiba et sur les autres guildes autre que Log Horizon à travers les personnages secondaires.

Les points d’orgue de ce tome sont les deux « attaques » sur la ville d’Akiba et l’apparition de l’égnimatique Nureha venue rencontrer Shiroe. En somme, un tome 3 très agréable à lire. Il reste une excellente alternative à Sword Art Online et Overlord.

Public visé : Grand public.

Lien DVD/BR : Anime Store

Lien VOD/SVOD : Saison 01 et Saison 02

6 – Danmachi

© YASUDA Suzuhito – Fujino OMORI / SB Creative – Ofelbe Editions

Nombreux sont les dieux venus s’installer dans la ville-labyrinthe d’Orario, bénissant les mortels qui s’aventurent dans son dédale souterrain en quête de pouvoir, de fortune…
… ou de filles ?! C’est en tout cas le souhait de Bell Cranel, un aventurier novice sous la bénédiction de l’impopulaire déesse Hestia. Vivant à deux dans des conditions difficiles, ils tentent tant bien que mal de joindre les deux bouts et d’attirer de nouveaux fidèles.
Mais la chance finit par sourire à Bell, lui qui voit sa vie sauvée et son coeur instantanément conquis par Ais Wallenstein, une jeune guerrière à la force inégalée.

Souvenez-vous lors de ma première chronique sur les light novels, mon avis était assez mitigé car le récit me donnait une impression de déjà-vu et conventionnel. Pour ma défense, lors de son écriture, j’avais du retard sur la lecture.

Fin 2017, quand est-il après cinq tomes ? Le titre a un certain potentiel qui demande à se mettre en route surtout maintenant que le protagoniste principal commence à se faire un nom et à attirer le regard de certains et certaines soit en bien soit en mal. Tout comme Re:Zero, Danmachi a la possibilité de chambouler mon classement pour venir titiller le haut du panier.

Donc, je valide Danmachi. Si comme moi vous cherchez un peu de fantaisie mélangée avec de l’action et une lecture assez relaxante, foncez le lire.

Publics visés : Principalement adolescents et adulescents mais accessible aux profanes de la licence.

Lien Manga : Ototo Manga

Lien DVD/BR : Black Box

Lien VOD/SVOD : Wakanim

7 – Re:Zero – Re:vivre dans un autre monde à partir de zéro

Re:Zero – Re:Life in a different world from zero © Media Factory / Ofelbe Edition

Après avoir réchappé au cycle de morts de la capitale, Subaru fut transporté dans le manoir du marquis Roswaal, le protecteur d’Émilia. Il y rencontra alors Ram et Rem, des soubrettes jumelles, et Béatrice, la bibliothécaire gardant l’Étude interdite de cette riche demeure. Alors qu’il pensait enfin vivre tranquillement et découvrir ce nouveau monde, cet espoir fut brisé et la belle résidence devint le théâtre d’un nouveau cycle mortel qui risquait d’entamer sa détermination sans faille…
« Moi seul garde le souvenir du temps passé avec ces personnes que j’adore. »

Avant de donner mon avis, je souhaite vous prévenir que cette place ne remet pas en cause la qualité de l’oeuvre. Mais, je me dois de rester objectif dans mes avis et rester équitable entre toutes les licences.

Tout comme pour le tome 01, dont ma critique se trouve ici, ce tome 02 est aussi bon à lire que son prédécesseur et se dévore facilement. Les illustrations sont toujours aussi belles les unes que les autres. Qui dit nouvel arc, dit forcément nouveaux personnages avec l’apparition de Rem et Ram, les deux jumelles servantes, de Béatrice, la Bibiothécaire de l’Etude Interdite et de Roswaal L. Mathers, le Maître du domaine avec chacun leur personnalité et leurs relations.

On en apprend plus sur la situation du Royaume de Lugnica et du statut de candidate au trône d’Emilia. De plus, le voile entourant les « pouvoirs » de Subaru semblent se lever peu à peu. Même si, pour l’instant, mon classement pour ce titre doit décevoir certains d’entre-vous, il m’est impossible de juger ce titre sur deux tomes seulement. Mais, ce dernier a tout pour jouer les outsiders comme tous les titres de l’éditeur et titiller les ténors du classement.

A défaut d’avoir seulement deux tomes, je valide quand même ce light novel et je la ferai découvrir à des profanes.

Lien Manga : Ototo Manga

Lien VOD/SVOD : Crunchyroll.fr

Verdict

Selon moi, 2017 a été un excellent cru en matière de sorties avec l’arrivée dans le catalogue de l’éditeur deux grosses licences : Re:Zero – Re:vivre dans un autre monde à partir de zéro et Overlord. Il ne faut pas oublier l’arc inédit Sword Art Online Alicization.

Avec l’arrivée d’Overlord dans son catalogue, Ofelbe offre aux fans de Monde Virtuel une autre alternative à Sword Art Online et à Log Horizon. On peut dire ces trois titres se complètent les uns avec les autres même si ces titres-là ont un point commun : un joueur coincé dans un monde virtuel.
Quant à Re:Zero – Re:vivre dans un autre monde à partir de zéro, l’éditeur s’est offert le luxe d’avoir dans sa collection LA licence la plus populaire du moment avec Sword Art Online Alicization quand on voit l’énorme popularité de la licence suite à la diffusion de l’animé.

J’espère que 2018 sera un cru aussi bien que 2017. Au vue de l’arrivée de My teen romantic comedy et A certain magical Index, ça risque d’être le cas. De plus, nombre de leurs licences auront droit à des saisons supplémentaires en animé, comme Overlord et Sword Art Online.

Bonne lecture.

[Source : Ofelbe]

Comments

commentaires