Les Conseils de Ryo Saeba : Utamaro

Utamaro
Utamaro © Go Nagai/ Gekkan Afternoon —Black Box Editions

Utamaro est un one shot de type seinen historique et fantastique créé par Go Nagai en 2010, et prépublié dans le magazine Gekkan Afternoon. L’éditeur Black Box Édition l’a sorti en 2018, dans sa collection : Go Nagai.

Utamaro
Utamaro © Go Nagai/ Gekkan Afternoon —Black Box Editions

Inspiré par la nouvelle d’Oscar Wilde : Le Portrait de Dorian Gray, Gô Nagai nous narre la relation entre Kitagawa Utamaro, maître de l’estampe japonaise — ou ukiyo-E. — et Guren, une oiran dont il doit faire le portrait. Tout se complique lorsque la jeune femme croit être victime d’une malédiction… Résumé officiel Black Box Éditions.

Informations supplémentaires

Le personnage principal est un personnage qui a vraiment existé, Kitagawa Utamaro né vers 1753, et mort le 31 octobre 1806. C’était un peintre japonais qui a lancé l’Ukiyo e. Il est connu pour ses représentations de jolies femmes.

Le portrait de Dorian Gray a été écrit en 1890 par Oscar Wilde. Plus d’information ici

Tout le monde connaît le chef-d’œuvre d’Oscar Wilde tel qu’il a été publié en volume en 1891. Cette version diffère considérablement du manuscrit qu’il avait soumis quelques mois plus tôt au Lippincott’s Magazine où le roman devait paraître en prépublication. Le directeur, par pruderie, l’avait sérieusement raboté, ce qui ne l’a pas empêché de provoquer un premier soulèvement d’indignation. Par la suite, Wilde a augmenté et remanié son roman, estompant ses passages les plus audacieux. La critique instruisait déjà son procès en immoralité. Il a fallu attendre 2011 pour que, en Angleterre, des universitaires rendent disponible le texte initial, avant les censures successives. C’est cette version que les Cahiers rouges publient pour la première fois en France.

La trame reste inchangée. Dans le Londres fin de siècle, le peintre Basil Hallward tombe en adoration devant son modèle, le beau Dorian Gray. Leur chaste idylle commence, troublée par l’intervention d’un vieux camarade de Hallward, Lord Henry. Dandy hédoniste amoureux des bons mots, affichant avec insolence son homosexualité, il convainc Dorian de l’importance capitale de sa beauté. Un jour viendra où la vieillesse l’aura défigurée et plus personne ne le regardera. Horrifié, Dorian conclut un pacte faustien avec le portrait que Hallward a peint de lui : ce n’est plus lui que le temps abîmera, mais l’image du tableau. Le Portrait de Dorian Gray non censuré est encore plus délicieusement décadent et surtout plus ouvertement homosexuel. Le pouvoir érotique de Dorian est exacerbé, le nombre de phrases rendent indubitable et intense la nature des sentiments de Hallward pour lui. On retrouvera bien sûr les saillies du spirituel Lord Henry, notamment le fameux :

“De nos jours on sait le prix de tout, mais on ne connaît la valeur de rien.” Éditeur Grasset.

Avis Utamaro

Ce manga mêle personnages réels historiques et imaginaires dans une histoire fictive. Les planches sont bien dessinées, pour une fois pas de scène gore et de nudités gratuites. Go Nagai propose une réinterprétation de l’œuvre d’Oscar Wilde, le portrait de Dorian Gray. L’édition possède quelques coquilles notamment sur la page 125 : “Nous” à la place de “Vous”. Mais le reste est soigné et l’édition possède des pages bonus avec un lexique, des informations supplémentaires ainsi qu’une postface de Go Nagai.

 Conclusion

Étant fan de Oscar Wilde, je trouve cette réécriture très intéressante. Le portrait est-il possédé ou est-ce la femme qui tombe dans la folie ? Question que l’on peut se poser dans les deux œuvres. J’ai beaucoup apprécié les pages supplémentaires fournies par Black Box Éditions à la fin. Je vous recommande ce one shot.

Acheter pour le moment, rupture de stock chez Black Box Éditions, si vous voulez plus de renseignements, vous pouvez le contacter.

Comments

commentaires