Artbook : Doria Plume et « Confluence, the art of Erubescence»

Sortons des sentiers battus et parlons, aujourd’hui, d’une artiste « toute jeune », auto-éditée et surtout française… Si vous allez dans les villages créateurs des conventions, vous êtes forcément tombé.e sur son stand, avec ses beaux kakemonos à l’effigie de ses personnages originaux (OCs) !

À l’été 2016, Doria Plume nous a encore « teasé » sur Incardine/ Erubescence, avec la sortie de l’artbook ; et mon petit cœur de fan n’a su résister à la tentation de me le procurer. Depuis le temps que je veux en apprendre plus sur Incardine… !

Est-ce que ça en valait le coût ? Je vous répondrai par une autre question : est-ce que se faire livrer des sushis en vaut le coût ? OUI. Mille fois « oui » !

Découvrons ensemble ce petit bijou !

 

Petite introduction de Doria Plume

Doria Plume a 25 ans et habite en France. Étudiante en infographie et japonais, elle donnait aussi des cours pour l’association Toulouse Manga jusqu’en juin 2016 ! Son compte deviant-art est actif depuis 2010 et elle y charge la plupart de ses œuvres. Vous pouvez également la trouver sur facebook, instagram, tumblr, twitter… Les liens se trouvent à la fin de l’article.

Doria travaille sur plusieurs projets, à côté d’Incardine, notamment la Reine Bleue, que je vous propose de découvrir grâce à deux autres artbooks : Hunter Soldier  et Emotional (liens vers DeviantArt.)

En règle générale, on retrouve dans son style une inspiration de l’Art Nouveau et de la Renaissance, et ses œuvres sont pleines d’émotions : il est difficile de ne pas ressentir l’esprit de l’artiste.

Dernièrement, Doria a participé au Tremplin Manga Ki-oon et a terminé troisième avec Imperitura !

 

 

 

 

Confluence, Art collection of Erubescence (Incardine)

Doria envoie elle-même ses colis, et avec grand soin : les enveloppes sont bullées pour ne pas abîmer le livre. La réception a été très rapide (Ce qui n’est pas à négliger !)

Mais passons à ce qui nous intéresse vraiment : le livre n’est pas aussi grand que les artbooks japonais édités par les maisons d’édition mais il a une taille tout à fait respectable et largement suffisante pour apprécier à leur juste valeur les dessins. La couverture est souple, ce qui pourrait en rebuter plus d’un mais les pages intérieures sont toutes glacées et bien épaisses. Et cette tranche… ♥ Sincèrement, ce livre est très bien exécuté dans sa forme. Je le trouve même d’aussi voire meilleure qualité qu’un Glénat ou un japonais !

Et que dire de cette magnifique couverture ? Doria Plume met les petits plats dans les grands pour ce book !

 

La première page affiche le titre et un espace pour le dédicacer. Le mien l’est déjà et j’espère y faire rajouter un petit dessin dès que je rencontrerai Doria Plume ! (>ᴗ<)

Nous avons ensuite droit à une jolie mise en page ainsi qu’un sommaire, un avant-propos et un synopsis d’Erubescence/Incardine. Le livre se compose en trois parties :

Les personnages

Ce sont vingt pages consacrées aux personnages plus ou moins principaux, par ordre d’importance et qui se termine par un petit « bonus » sur des tenues costumées sur le thème de la mythologie grecque. Doria y excelle, bien sûr, avec une approche très Art Nouveau… ♥

Les illustrations

Ici, ce sont cinquante pages qui sont dédiés aux illustrations qu’a créées Doria depuis 2014 avec les personnages d’Incardine. Et, ô déesse, que j’aime cette artiste : on y trouve des W.I.P/Travaux en cours de la plupart des illustrations ! Et, passée la moitié, Doria nous offre même des « step by step » de quelques illustrations – traditionnelles ou digitales – avec de précises indications ! Étant moi-même un peu dessinatrice, c’est un plaisir de découvrir comment travaille une personne qui fait de si belles illustrations.

Les croquis et recherches

Les quarante dernières pages de l’artbook Confluence, the art of Erubescence nous confie un sacré paquet de croquis en tous genres. On y trouve de l’inktober https://otakusmafiaworld.fr/inktober-artistes-monde-entier-peignent-noir/ , du daily sketch (un autre challenge consistant à faire un dessin par jour pendant un an), des chibis, des « concept arts » pour des goodies divers (marque-pages, miroir, badges, etc.) et beaucoup, beaucoup, beaucoup de recherches.

Doria Plume termine son artbook sur Erubescence avec un petit mot que je vous laisserai le plaisir de découvrir par vous-même… 😉

 

Synthèse

Avec Confluence, the art of Erubescence, Doria Plume nous signe un artbook auto-édité d’une qualité exceptionnelle. L’artiste n’a pas laissé un seul détail de côté, comme par exemple avec cette « troisième de couverture » qui me rappelle celle des albums d’Astérix, dans un tout autre genre… Mais qui fait très professionnel ! Les illustrations sont de très bonne qualité et le support les met parfaitement en valeur. Personnellement, je place cet artbook au-dessus de celui de Nausicaä édité par Glénat. Et, petit bonus dans la version « Pack », deux cartes longues à l’effigie de ses héros et un marque-page accordé à la couverture de l’artbook ! C’est avec un enthousiasme sans borne que je vous recommande cet artbook et, par extension, cette artiste ! (●♡∀♡)

 

 

 

 

 

Pour se procurer l’artbook de Doria Plume :

C’est via Deviant Art ou sa boutique !

 

Liens utiles

Boutique Etsy

Facebook

Instagram

Tumblr

Twitter

Comments

commentaires